Accueil > Musique > 2021 > Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility

Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility

lundi 15 mars 2021, par Marc


Dans les remises de prix à la fin du cycle secondaire (du moins mon établissement de l’époque), le plus improbable est celui du ‘meilleur espoir’, ou un intitulé bidon s’en approchant. Il visait à débusquer celle ou celui qui devait avoir l’avenir le plus radieux. Il va de soi que la réalité pouvait se révéler un rien différente. Dans la copieuse promotion des premiers albums de 2005, qui aurait pu croire que Clap Your Hands Say Yeah aurait une discographie plus continue, constante et solide que, disons, Arcade Fire ou LCD Soundsystem ? Peu de monde sans doute pourtant, en 2021, c’est une constatation qui s’impose. Loin de nier ce début de carrière sous le signe du buzz, ils intitulent un morceau CYHSY, 2005 qui dégage

Comme déjà identifié sur leurs excellents albums plus récents, certains sons et la majesté qui se dégage de cette musique évoquent les bons souvenirs du The Cure circa Disintegration. La combinaison de ces sons qu’on chérit, de la voix particulière d’Alex Ounsworth et d’un peu de lourdeur fait de Thousand Oaks un de ces morceaux dont on ne semble pas se lasser. Pourtant, cette voix nasillarde qui prend beaucoup de place ne devrait pas être un produit d’appel. Et c’est encore plus flagrant quand elle s’épanche (Dee, Forgiven), harmonica à la clé. Il se peut même que certains le verront franchir la ligne rouge de beaucoup sur If I Were More Like Jesus. Mais rien à faire, ça fonctionne.

Ils arrivent à instiller cette intensité d’emblée, avec un morceau qui nous attrape sans coup férir. On est contents de les retrouver dans la continuité de ce qu’on a déjà aimé mais on apprécie aussi de voir quelques nouvelles inclinations. On est emportés par New Fragility quand imperceptiblement il s’élance dans son dernier tiers à grand renfort de cordes. Sur Innocent Weight ou Went Looking Down For Trouble ce sont ces cordes qui supportent une belle montée en bonne et due forme. A l’inverse, il suffit d’un piano pour lancer Mirror Song.

New Fragility est un album plus lancinant, peu spectaculaire, moins immédiatement convaincant que ses prédécesseurs pourtant, c’est exactement ce genre de sortie qui cimente la réputation d’un groupe. De plus, c’est un album qu’on aborde par la sympathie développée au cours de 16 ans de fréquentation de la formation et qui grandit au fil des écoutes. Plein de raisons de continuer à écouter ces discrets héros donc.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility 15 mars 2021 08:46, par Laurent

    Indépendamment de ce chouette album qui conforte en effet la sympathie à long terme pour ce groupe qui a suscité tant de malentendus au fil de son parcours (plus solide qu’Arcade Fire ? reparlons-en à l’occasion), je reste captivé par le questionnement autour du "meilleur espoir".

    D’abord, je suis curieux de savoir quel est cet établissement qui octroyait un tel prix ; ensuite, si tu l’as reçu. :D

    Je me rends surtout compte que ce concept, popularisé notamment par les César, est vraiment une fausse bonne idée. Je ne m’en étais pas aperçu auparavant mais, si je trouve qu’encourager une personne dans ses brillants premiers efforts part d’une très belle intention, quel message envoie-t-on finalement à tous ses coreligionnaires ? Vous ne suscitez pas d’espoir(s) ? En tout cas moins ? Et quid de la pression sur les épaules de ce(tte) pauvre jeune à qui on dit somme toute qu’on l’attend au tournant ? Mais alors, faut-il éviter d’espérer de peur d’être déçu(e) ? Diantre, cette réflexion est quasi beckettienne.

    Tu vois ce que tes articles continuent de déclencher en 2021, Marc. Décidément, tu rencontres tous les espoirs qui avaient été placés en toi.

    repondre message

    • Clap Your Hands Say Yeah - New Fragility 15 mars 2021 12:17, par Marc

      La discographie d’Arcade Fire est solide de chez solide. Simplement, entre ce New Fragility et Everything Now , "la question elle est vite répondue"....

      Sinon, j’étais à l’Athénée Royal de Dinant (qui ne s’appelait pas encore ’Adolphe Sax’) et non, je n’ai pas reçu ce prix. Dont l’intitulé exact m’échappe mais qui était du genre "élève dont les résultats et la personnalité augurent d’un brillant avenir". Je caricature à peine.

      C’est vrai que le concept de ’meilleur espoir’ est bancal dès l’origine. Si on dit ’meilleure performance de la part de quelqu’un qui n’a pas d’expérience’, on est plus proche de l’esprit qu’en disant ’on devine qu’il.elle va faire de grandes choses’, ce que par définition personne ne peut garantir.

      Voilà, la critique comme prétexte à discussion... Tu reprends la même chose ?

      repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)