Accueil > Critiques > 2021

Loney dear - A Lantern and a Bell

jeudi 6 mai 2021, par Marc


Parfois le souvenir d’un morceau est tellement vivace qu’on peut le garder douze ans avec soi. Je me souviens de plusieurs occasions d’écoute de Distant et c’est un morceau que j’écoute encore souvent. La suite ne m’avait franchement pas convaincu et c’est plus par distraction que le précédent album était passé hors de mon radar.

Faire ce qu’il faisait bien en moins bien n’avait pas réussi, il fallait soit retrouver l’inspiration originelle ou évoluer. Il a visiblement décidé de faire les deux. Parce que s’il renoue avec la qualité des débuts, le style du Suédois Emil Svanängen a sensiblement évolué. Et c’est tant mieux parce que plus de 1600 articles ont été publiés sur ce site depuis la critique de Dear John, on a donc eu l’occasion de se frotter à des artistes qui occupent son créneau avec un vrai succès (Oliver Spalding, Ed Tullett, Low Roar...)

La voix est plus haut perchée sur Mute/All Things Pass mais il n’y a pas de beat pour faire monter ce morceau, mais des textures de son, un orgue qui prend de plus en plus de place et ce tout nous noue la gorge. Il lui suffit donc d’un petit piano vraiment mineur pour que l’ambiance s’installe sur Go Easy On Me. Sa voix y prend beaucoup de place et c’est très bien comme ça. Il faut du talent pour assurer ce relatif minimalisme et il est là ici, c’est magnifique de simplicité ce A House And A Fire.

Le ton est différent, plus recueilli, plus dense. Exit l’electronica, ceci est plus organique. On est donc contents de le retrouver en si bonne forme. Le talent véritable peut donc s’exprimer de nouveau, en voici une éclatante confirmation.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Loney dear - A Lantern and a Bell 6 mai 2021 17:58, par Laurent

    On a tous, outre quelque chose de Tennessee, un morceau de Loney, Dear qui nous accompagne depuis longtemps. Pour moi ça se joue entre Hold Me et I Lose It All. J’avais plutôt bien aimé son album de 2017 mais je me rends compte que je ne suis plus capable d’en citer un seul titre, tout au plus en fredonner un. Ici on a clairement des trucs aptes à prendre à la gorge mais je reste dérouté par la brièveté de l’album. Marrant, malgré la tendance à l’épure que tu soulignes bien, j’ai l’impression que l’ami Emil a produit quelque chose de plus expérimental, que son évolution a un côté Bon Iver (même si les musiques respectives ont peu de rapport). Au final je trouve l’ensemble bancal mais plus excitant que ce qu’il a fait depuis un bail.

    repondre message

    • Si un morceau frappe plus fort, il y a une grande part de subjectivité et de contexte là-dedans. Sans doute que j’étais plus réceptif ici, sans doute aussi qu’il a évolué. Quoiqu’il en soit, ça fait toujours plaisir de pouvoir raccrocher le wagon d’un artiste.

      repondre message

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une (...)