Accueil > Musique > 2021 > La Jungle - Fall Off The Apex

La Jungle - Fall Off The Apex

vendredi 21 mai 2021, par Marc


Une grosse patate et grosse disto, la recette est connue mais ne suffit pas à vous donner envie. On avait déjà évoqué la musique de vendredi après-midi (on ne pratique plus les samedi soirs depuis trop longtemps), celle dont on se sert pour passer de la torpeur à l’euphorie et le duo montois se place exactement dans cette lignée.

La voix sur l’escellent Jour Du Cobra pourrait faire penser à la transe qui nous avait saisis à l’écoute du fameux premier Foals mais avec une guitare (ou un succédané numérique) grasse à souhait mais la rythmique ne suit pas la course aux armements d’un Vitalic. On ne se doute pas que ce n’est que le début du voyage, même si on est déjà perchés. La distorsion, les roulements frénétiques, ça ne fait que commencer sur Du Sang.

Et ça claque, ça bastonne dans tous les coins, se posant comme un appel au pogo et au contact sans distanciation aucune, au 100 cas-contact à la minute. Les mots sont assénés, indistincts mais ne sont qu’une petite partie du cocktail haute énergie (Hyperitual). On leur est presque reconnaissants de prendre un peu de repos sur Marimba.

Mais la fureur se tapit, elle revient encore plus fort sur Feu L’Homme. Alors, oui, ça semblera juste rude par moments, il faut un petit échauffement pour la fureur de ce morceau. Mais l’album est proprement séquencé, faisant monter la tension pour éviter les claquages.

Mais il y a aussi le morceau final de plus de 14 minutes. Il commence par du digeridoo, ce que les moins jeunes associeront aux souvenirs de The Aphex Twins. Ce morceau seul vaut le déplacement, il montre à quel point ils maitrisent leur sujet, même quand ce n’est pas une brutale décharge d’adrénaline. Bref, du défoulement irrésistible, qui donne envie du monde d’après.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)