Accueil > Critiques > 2021

Gina Eté - Erased by Thought

mardi 25 mai 2021, par Marc


Quand on a copieusement apprécié un EP, le premier album qui suit est forcément attendu avec au moins de la curiosité. Et dans le cas de la Suissesse, la curiosité a même fait place à de l’attente. Et quand le premier morceau est déjà excitant, on s’installe définitivement. La belle voix haut perchée évoque d’emblée Beth Gibbons (Portishead) un jour de fête. Le son est subtil et s’étend mine de rien sur Trauma.

Elle passe à l’Allemand sur Lach Du Nur et cette fluidité entre les langues contribue aussi au plaisir. On retrouve cette façon d’amener le morceau où on ne l’attendait pas, à insensiblement accélérer tout en gardant de la légèreté, est vraiment plaisante. Mais ce n’est pas systématique non plus, Gina ne propose pas que des morceaux aux deux visages. Elle se débrouille avec un seul piano et c’est fort beau aussi (Tired People, Machs Gut) et il n’y a que des cordes et presque rien d’autre sur Am Tellerand.

Quand elle chante en Français aussi, on pense à Camille (Nulle Part). Puis la densité du son, ces brouillards qui s’épanchent sur une rythmique placide l’en éloignent forcément, tout en la ramenant dans le giron de ce qu’on aime. C’est très beau une fois encore. La voix est affectée mais le ton un peu distant, la combinaison des deux fonctionne en plein. Donc quand elle pousse sur Lach Du Nur, on la suit sans forcer. Si on se laisse moins emporter par le plus enjoué Troubleshooting, cette petite digression est bienvenue dans le contexte de l’album.

L’espoir s’est donc transformé en certitude, et l’artiste prometteuse en valeur sûre. La relative retenue de Gina Eté permet à tout de libérer un effet maximal que sa maitrise achève d’entériner.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Gina Eté - Erased by Thought 26 mai 2021 19:38, par Laurent

    Bien vu, Marc. Là, on est sur une découverte de qualité primeur (je n’ai pas eu l’heur d’entendre cet EP). C’est positivement génial quelle que soit la langue. J’ai bien sûr été par les noms alléchés (ceux de Beth Gibbons et Camille m’ont immanquablement mis en état de vigilance maximale, et ne sont pas lâchés ici à l’emporte-pièce). Pour ma part, impossible de ne pas penser immédiatement à sa compatriote Sophie Hunger. J’adhère et j’adore à la première écoute !

    repondre message

    • Gina Eté - Erased by Thought 1er juin 2021 09:13, par Marc

      Il y avait en effet quelques éléments pour allécher le commentateur officiel du site et de fait, Sophie Hunger fait partie de ce monde-là, il y a décidément bien des choses passionnantes en Helvétie.

      repondre message

  • H-Burns - Sunset Park

    La découverte d’un artiste qui nous plait s’accompagne toujours d’un sentiment de plaisir souvent teinté d’une pointe de mélancolie. Combien y en a-t-il d’autres, de pépites cachées ? On ne pourra pas répondre de façon définitive bien évidemment, on va se contenter de partager le coin à champignons qui d’ailleurs a été débusqué comme souvent par Laurent. Il aura fallu seize ans de carrière tout de même pour (...)

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)