Accueil > Musique > 2021 > Gina Eté - Erased by Thought

Gina Eté - Erased by Thought

mardi 25 mai 2021, par Marc


Quand on a copieusement apprécié un EP, le premier album qui suit est forcément attendu avec au moins de la curiosité. Et dans le cas de la Suissesse, la curiosité a même fait place à de l’attente. Et quand le premier morceau est déjà excitant, on s’installe définitivement. La belle voix haut perchée évoque d’emblée Beth Gibbons (Portishead) un jour de fête. Le son est subtil et s’étend mine de rien sur Trauma.

Elle passe à l’Allemand sur Lach Du Nur et cette fluidité entre les langues contribue aussi au plaisir. On retrouve cette façon d’amener le morceau où on ne l’attendait pas, à insensiblement accélérer tout en gardant de la légèreté, est vraiment plaisante. Mais ce n’est pas systématique non plus, Gina ne propose pas que des morceaux aux deux visages. Elle se débrouille avec un seul piano et c’est fort beau aussi (Tired People, Machs Gut) et il n’y a que des cordes et presque rien d’autre sur Am Tellerand.

Quand elle chante en Français aussi, on pense à Camille (Nulle Part). Puis la densité du son, ces brouillards qui s’épanchent sur une rythmique placide l’en éloignent forcément, tout en la ramenant dans le giron de ce qu’on aime. C’est très beau une fois encore. La voix est affectée mais le ton un peu distant, la combinaison des deux fonctionne en plein. Donc quand elle pousse sur Lach Du Nur, on la suit sans forcer. Si on se laisse moins emporter par le plus enjoué Troubleshooting, cette petite digression est bienvenue dans le contexte de l’album.

L’espoir s’est donc transformé en certitude, et l’artiste prometteuse en valeur sûre. La relative retenue de Gina Eté permet à tout de libérer un effet maximal que sa maitrise achève d’entériner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Gina Eté - Erased by Thought 26 mai 2021 19:38, par Laurent

    Bien vu, Marc. Là, on est sur une découverte de qualité primeur (je n’ai pas eu l’heur d’entendre cet EP). C’est positivement génial quelle que soit la langue. J’ai bien sûr été par les noms alléchés (ceux de Beth Gibbons et Camille m’ont immanquablement mis en état de vigilance maximale, et ne sont pas lâchés ici à l’emporte-pièce). Pour ma part, impossible de ne pas penser immédiatement à sa compatriote Sophie Hunger. J’adhère et j’adore à la première écoute !

    repondre message

    • Gina Eté - Erased by Thought 1er juin 2021 09:13, par Marc

      Il y avait en effet quelques éléments pour allécher le commentateur officiel du site et de fait, Sophie Hunger fait partie de ce monde-là, il y a décidément bien des choses passionnantes en Helvétie.

      repondre message

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)