Accueil > Musique > 2021 > Will Stratton - The Changing Wilderness

Will Stratton - The Changing Wilderness

mercredi 9 juin 2021, par Marc


La conjonction des sorties de Raoul Vignal et Will Stratton dans des genres connexes a confirmé une chose. Loin de s’annuler mutuellement, ces deux albums ont confirmé qu’on adore ça. De Nick Drake à José Gonzalez, on a un amour vrai pour les virtuoses de l’arpège. Comme la fréquence des ondes supporte la musique, ce picking établit une structure légère et profonde à la fois.

La beauté est là, immédiatement. Parce que les mélodies sont belles évidemment. Les cordes n’y sont pas nécessairement soyeuses et arrivent à amener le morceau ailleurs sans que ses indéniables qualités (mélodiques notamment) n’en pâtissent. Il en résulte une belle ampleur que ne renierait pas un Sufjan Stevens. Oui, on est à ce niveau d’excellence.

Hatred corrupts/But it purifies too/It simplifies thoughts/Just like love can do (Black Hole)

C’est presque une palette impressionniste qui est utilisée sur The Changing Wilderness. Cette résurgence avec la voix féminine est somptueuse. On la retrouve sur Infertile Air qui lui aussi nous emporte d’une mélodie renversante dans un emploi est aussi judicieux que chez Andrew Bird. A l’opposé, il renoue avec les arpèges plus secs de ses débuts sur The Rain. Il semble se placer dans le sillage de ceux dont la discographie évolue vers la simplicité et la lumière.

Sans doute faut-il y voir un certain effet de surprise ou la joie des retrouvailles, mais la première partie de l’album apparaît comme plus percutante. Mais il y a toujours de la beauté là-dedans et on se surprend à y revenir encore et encore. Il nous quitte d’ailleurs sur un bien senti

In the end/We’re gonna learn.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)