Accueil > Musique > 2021 > Islands - Islomania

Islands - Islomania

lundi 28 juin 2021, par Marc


Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.

La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux albums différents et complémentaires. Une fois encore, la livraison de 2021 impose une personnalité propre. Si on parle au pluriel, on sait qu’Islands est le projet de Nick Thorburn mais il retrouve ici le line-up habituel (Evan Gordon, Geordie Gordon et Adam Halferty) pour un Islomania de continuité.

Donc oui, on retrouve ces hymnes discrets et il y a d’emblée quelque chose d’irrésistible sur (We like To Do It) With The Lights On. On sait depuis qu’on les a vus en concert à quel point la basse est au centre de leur musique et cet apport indéniable se confirme. Carpenter a l’allant qui manque tant aux dernier Arcade Fire. Marble dans la veine de leurs grands morceaux plus lents, comme le grand Gore final

On ne retrouve en effet pas la relative fragilité branque de ses contemporains indie, ce qui a permis à la formation d’évoluer grâce à la solidité du son. Cette propension à générer de la mélancolie euphorique est unique et toujours délectable et on fond pour le groove de funk blanc imbibé de Natural Law Party. On ne sera pas surpris d’apprendre que le producteur de  !!! Patrick Ford est de la partie. On entend même un petit air de New Order sur Never Let You Down. Cet album résolument joueur comme en témoigne le chorus de synthés de Set The Fairlight.

D’accord, il y a de la sympathie pour la formation développée au cours de quinze années mais les écoutes le confirment, ceci est un très grand album, de ceux qui résistent au temps, qui montrent que l’émotion peut surgir à n’importe quel moment et que certains ont le talent pour la susciter.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)