Accueil > Musique > 2021 > Nicolas Jules - Le Yéti

Nicolas Jules - Le Yéti

vendredi 13 août 2021, par Marc


Voici déjà revenir Nicolas Jules. Ce n’était donc pas un charme passager, la rencontre d’un artiste et d’un contexte. On replonge donc tête la première avec une entrée en matière des plus alléchantes. Outre son étrange et prenant slogan, Mort aux Photocopieuses, il y a une richesse délectable dans ce morceau et il peut vous poursuivre, sachez-le.

Cette ambiance intrigante et familière à la fois ne nous lâche pas. Pour ça, il faut qu’on ait envie de suivre un artiste dans ses délires et on peut dire que c’est le cas. On est bien aidés aussi par des mélodies soignées qui nous prennent dans le sens du poil auditif (pour autant que ça existe).

Musicalement, on reste dans un ton americana parce que c’est par-là que les influences peuvent se chercher mais c’est tellement assimilé que le style apparaît comme singulier. Et c’est une des grandes réussites de l’album. On note des traces de bluegrass (banjo et fiddle) sur Ne Pas Compter qui a son petit air de Gaëtan Roussel. C’est aussi l’absence d’effets de manche qui rend L’Aventure enivrant, parce que cette émotion semble jaillir d’elle-même et pas d’un savant calcul. Il y a même des morceaux instrumentaux qui sortent cet album du carcan ‘chanson française’ pris au sens littéral.

Un réflexe pavlovien nous rappelle Gainsbourg quand on entend du parler-chanter sur Tramway Jaune. Mais bon, ce n’est pas Didier Bourdon évidemment et ça fonctionne vraiment. On n’a pas de références par contre quand la voix féminine de La fiancée du Yéti part un peu en vrille mais on est aussi là pour se faire (un rien) bousculer. Et puis en guise d’interlude, on a droit à de bien croquignoles extraits de reportages radio.

Aux qualités déjà énumérées et toujours présentes il convient d’ajouter la productivité puisque ce copieux album de 17 titres sort un an après son avenant prédécesseur. Notre attachement grandit encore puisque c’est aussi bien sans être pareil, réservant des surprises et ne brisant jamais la connivence qui nous lie désormais à lui. A l’an prochain ?

https://nicolasjules.bandcamp.com/album/le-y-ti

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)