Accueil > Musique > 2021 > Yann Tiersen - Kerber

Yann Tiersen - Kerber

mercredi 15 septembre 2021, par Marc


On a déjà longtemps évoqué les multiples périodes de la carrière de Yann Tiersen. On se bornera cette fois-ci à dire que ce Kerr se place dans la lignée de ses dernières productions plutôtambient et d’inspiration bretonne. Et c’est logique et bienvenu. Inspiré comme souvent par son île de Ouessant, il étoffe un peu le son en gardant ses qualités.

Le piano domine les débats et son légendaire sens mélodique y excelle. Mais il n’est pas seul, l’enrobage sonore proposé par le producteur Gareth Jones le multiplie, l’enrichit sans l’alourdir. On se rappelle aussi qu’on avait été moins captivés par Eusa où la nudité desservait un peu la beauté du propos. N’attendez peut-être pas les sommets d’émotion rappelés par les relectures du Portrait paru l’an passé mais outre une petite douceur qu’on aurait tort de refuser, il sait hausser le ton quand il le faut.

Il y a donc de vraies raisons objectives de revenir sur cet album. Il y a d’abord beaucoup de réverb’ sur le piano (Ker Al Loch) et puis le morceau devient plus lancinant, plus fort et déborde donc largement du cadre de ses exercices plus contemplatifs. On a évidemment droit à une impeccable mélancolie (Kerdall) avec une résurgence typique et forcément fondante. Le haut fait restant sans doute le tenace Kerber. Et il y a aussi des morceaux de transition pour compléter le côté narratif.

Le retour breton de Yann Tiersen semblait logique et tout de suite familier mais il avait jusqu’ici privilégié un aspect éthéré qui s’efface un peu ici pour une musique plus riche et plus frontale, plus à même de résuciter les émotions qu’on lui doit.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxence Cyrin - Melancholy Island

    Il y a certains noms et concepts qui ne s’oublient pas. Le souvenir de ces percutantes reprises de standards de musique électronique au piano est si prégnant qu’on associe toujours les deux plus de quinze ans après. C’est avec curiosité donc qu’on reprend contact avec cet attachant pianiste. Et si on a depuis découvert plusieurs sociétaires de cette belle veine néo-classique (Akira Kosemura, Tim Linghaus, Andrea Viscardi, Alexandre Tharaud...), revenir à cette référence fait toujours autant plaisir. (...)

  • Theodore Wild Ride - S/T

    Si on connaissait la musique de Christine Ott avant de connaitre son nom (via ses collaborations avec Yann Tiersen, Tindersticksou Oiseaux-Tempête), une fois qu’on a pris conscience de son existence, on s’est rendu compte qu’on allait l’accompagner loin et longtemps. On la retrouve ici avec son comparse de Snowdrops, Mathieu Gabry et l’oudiste Ophir Levy.
    Au programme donc, piano, oud et ambiances éthérées et on peut dire d’emblée que c’est ce qu’on a entendu de plus aéré de sa part. La piano (...)

  • Albin de la Simone - Happy End

    Apprendre qu’il y a un nouvel album d’Albin de la Simone et qu’il est instrumental est sans doute la quintessence de la nouvelle douce-amère. On sait évidemment que ses qualités musicales sont hors-normes, lui qui a réalisé des albums pour Pierre Lapointe ou Pomme et accompagné sur scène des gens comme Iggy pop, Vanessa Paradis ou Alain Souchon. Mais c’est en tant que chanteur qu’on l’avait hissé par deux fois au pinacle de nos préférences annuelles.
    Mais on n’est pas là pour se morfondre mais parler (...)

  • Christine Ott - Time To Die

    Musicienne de Yann Tiersen, collaboratrice de Tindersticks ou Oiseaux-Tempête, la Strasbourgeoise Christine Ott est une artiste qu’on a souvent entendue avant d’en entendre parler comme moitié du passionnant duo Snowdrops l’an passé. On avait aussi retenu le nom de Fredo Viola pour un album qui avait laissé un douloureux souvenir malgré un très enthousiasmant remix par Fink qu’on ne connaissait pas encore. On ne retrouve pas cette inclination expérimentale fort heureusement et la collaboration est (...)