Accueil > Critiques > 2005

Jean-Louis Murat : Mockba

lundi 21 août 2006, par marc


Encore une parution du plus prolifique chanteur de langue française (à ma connaissance). Donc après le double Lilith fin 2003, le DVD Parfum d’accacia au jardin et le projet A bird on a poire avec Fred Jimenez et Jennifer Charles, voici un nouvel album annoncé comme important. Car il annonce ce qui est récréatif et ce qui ne l’est pas. Et c’est mettre une pression exagérée sur un album qui est finalement inférieur au précédent ’vrai’ qui était Lilith.

Certes, les bons moments ne manquent pas. Par exemple les duos avec Carla Bruni (Ce que tu désires devrait normalement rappeler Jean-Louis au souvenir du grand public) et Camille (le très swing L’amour et les Etats-unis) sont réjouissants. N’oublions pas qu’il s’est fourvoyé en son temps avec Mylène Farmer... Dans le même ordre d’idées, la litanie de dictons désuets de L’almanach amoureux tient fort bien la route malgré la vacuité apparente du sujet. Citons encore Jeanne la rousse et La fille du fossoyeur au rang des titres remarquables. Précisons que les paroles de ces deux dernières (et de La Bacchante) sont signés du poète Pierre Jean de Beranger et sont trous de très haute tenue.

Et puis malheureusement, c’est à peu près tout. Il y a bien des titres lents qui sentent un peu le déjà entendu dans un passé récent (Colin-maillard, Et le désert avance, La fille d’un capitaine, Arrête d’y penser) malgré des orchestrations somptueuses et des arrangements de cordes dus à un membre des Tindersticks (indiscutablement ce qui se fait de mieux en la matière à l’heure actuelle). Passons pudiquement sur les deux titres plus enlevés qui sont à deux doigts du ridicule (Winter, Nixon).

Au total, un bonne tenue générale, quelques scories et des moments de toute beauté. Reste que l’abondance récente content trop de longueurs et que sur les trois albums sortis par an il y a de quoi se forger un album inoubliable. A vous donc de séparer le bon grain de l’ivraie. Et comme tous les albums de Jean-Louis Murat, plusieurs écoutes sont indispensables pour goûter toute la force et la subtilité contenues au détour de chaque chanson.. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Jean-Louis Murat : Mockba 5 décembre 2006 00:43, par satoris

    Je suis revenu à cet album lors d’une période d’intensité amoureuse. Je l’ai acheté à sa sortie mais sans percer l’envelloppe finalement "colin maillard".
    Aujourd’hui 4 dec 2006, j’ai perçé l’envelloppe et la beauté m’en a été révélée, le sexe de la poésie suinte de velours partout sans en avoir l’air. JLM est une sorte de mystique sexuel : retenez bien cette phrase tirée du hanhanique "fille du capitaine" : "devant pareille beauté/l’esprit demande à Graffenberg/ est-ce là que Morphée va passer ?
    Halleluiha ! et bateau ivre

    Satoris

    repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)