Accueil > Critiques > 2021

Mono - Pilgrimage of the Soul

lundi 27 septembre 2021, par Marc


Quand un groupe ne rate jamais une occasion de se commémorer, ce n’est que rarement un signe de vitalité créatrice. Pourtant Mono revient avec un vrai album sous le bras quelques mois à peine après un live des 20 ans qui nous avait bien plu.

Attention spoiler, après 1’20” ils plantent leur première accélération sèche et sur de forts pourcentages. Et on se dit qu’on est parti pour d’énièmes retrouvailles. Comme souvent avec les formations qui entrent dans leur troisième décennie, les différences sont à aller chercher à la marge. En l’occurrence, on notera des structures un peu plus électroniques et un tempo plus élevé. Et sans trop de surprises, Imperfect Things les place dans le sillage d’un Mogwai qui a effectué cette mue il y a bien des années. Mais comme on n’a vraiment pas affaire à des suiveurs ici, ils trouvent d’emblée leur voie, tout en densité et abrasion.

En entendant les cuivres sur Heaven in a Wild Flower et sa lente montée, on sent qu’il se passera quelque chose. Parce qu’on les connait, parce qu’on est venus pour ça. Et pourtant, non, ça ne vient pas vraiment. Mais le morceau sert de marchepied au suivant. Comme souvent, le séquencement de l’album a une vraie importance.

Rassurez-vous, il y a aussi le morceau de 12 minutes plein de violons et de guitares. Il s’appelle Hold Infinity in the Palm of Your Hand. Oui, il y a même des clochettes, un petit gimmick sonore qui les distingue. Innocence est un morceau lancinant mais toujours dans les canons post-rock avec ses inévitables envolées. On veut des cordes, du lyrisme même pas honteux et il est là sur The Auguries. Si c’est ça qui vous plait, autant revenir au splendide Hymns To The Immortal Wind qui a en plus pour nous la saveur du point d’entrée dans leur discographie.

Rien ne serait pire pour Mono et son public fidèle qu’une complète révolution. Le groupe japonais l’a bien compris et joue de variations subtiles pour que l’évolution se marque sans que le charme soit altéré. Le post-rock lyrique d’un classicisme extrême des Japonais est suffisamment unique pour leur garantir encore quelques décennies de dévotion.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça (...)