Accueil > Critiques > 2021

Annika and the Forest - Même la Nuit

vendredi 1er octobre 2021, par marc


On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.

On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au fil de l’écoute. Il pousse en effet avec succès le curseur de la mélancolie (My Lockness), ou des deux (énergie du désespoir ?) sur Pretence. Et même quand on est entre ces deux pôles plus intimistes ou énergiques, il y a suffisamment de mystère pour maintenir l’attention (Même La Nuit).

Quand on voit à quel point les trois premiers morceaux d’emblée bien différenciés, on se dit qu’on aurait affaire à Goldfrapp qui pratiquerait tous ses styles sur un seul album. Parce qu’elle ose ralentir, se faire plus intime, et c’est bien beau aussi (Simon Says) quand cette voix pousse sans jamais devenir fragile. On s’aventure alors plus près des eaux saumâtres d’une Beth Gibbons. Une guitare acoustique (celle de Maxime Delpierre) suffit même sur You and Me. Et on étend encore la palette à coups de petites guitares aigres et variations de ton et de rythme vraiment réussies (Sometimes), avant de reprendre presque abruptement les rênes sur Thinking Crazy.

Réussir l’éclectisme sans perdre le fil, mêler énergie et mélancolie, ce sont quelques-unes des réussites de cet album attachant qui a donné du peps à notre rentrée.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Annika and the Forest - Même la Nuit 2 octobre 2021 07:19, par Laurent

    Voilà une découverte qui m’a procuré bien du plaisir, même si je dois avouer avoir été moins captivé par les moments plus enlevés (cette phrase contient une figure de style). J’ai envie de citer un nom (la première écoute de Pretence m’y a fort fait penser) : Polly Scattergood. Belle ouvrage en tout cas.

    repondre message

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des (...)

  • Anna von Hausswolff - The Miraculous

    Il y a des noms qui semblent prédestinés, faciles à retenir et qui semblent contenir leur genre. Ca fait longtemps qu’on me parle d’Anna von Hausswolff et je pensais que la Suédoise était un genre de prêtresse gothique. Il a fallu une balade sur la toujours épatante section des sessions de KEXP pour que je découvre ce qu’il en était et tout de suite apprécier cet univers fort.
    Parce qu’elle dégage assez (...)