Accueil > Musique > 2021 > Centredumonde - No Strass No Stress

Centredumonde - No Strass No Stress

mercredi 20 octobre 2021, par Marc


Notre relation avec les artistes est souvent réduite au strict minimum. Par timidité peut-être, par manque de temps, par désir d’indépendance ? Allez savoir. Pourtant des relations lointaines se nouent parfois. Elles ne sont ni nécessaires ni suffisantes, certes, mais quand on décèle une grande cohérence entre ce qu’on perçoit d’un personnage et son œuvre, l’attachement ne peut que s’accroitre.

Si c’est par le biais d’unEP avec Claire Redor confirmé par un autre EP qui nous l’ont signalé, il existe déjà une introduction à Centredumonde. Celle-ci n’en est pas vraiment la suite mais est une collection de démos de 1998 à 2021. Si vous voulez le contexte de chaque morceau, c’est une série en cours sur facebook... On ne va pas se lancer dans cette exégèse ici mais livrer des impressions forcément positives.

Selon une citation attribuée à Saint-Exupéry (l’auteur le moins drôle du monde) l’humour serait l’ultime politesse du désespoir. Cette maxime peut évidemment s’appliquer ici. On avait adoré Les Brochettes en son temps pour le même genre de déprime larvée et à côté de ceci, Miossec est un parangon de la litote. Il est sans doute le seul qui peut appeler un morceau Les Petits Pouloutes Dans Ton Nombril et en faire suindre l’intensité, avec de la pudeur et un effet de surprise bien présent.

D’une manière générale, cette série a des allures de tubes perdus. Oui, on pourrait les réenregistrer avec une couche de polish mais cet aspect faussement lo-fi leur va drôlement bien au teint (blême). Et puis il y a aussi des morceaux qui claquent comme Dans Les Herbes de Pluie parce que ces accords mineurs frappent fort et juste, toujours, le sens mélodique et lancinant est toujours présent. De façon étonnante, certains morceaux sont plutôt longs, avec des chorus fort bien en place.

Certains sont un peu plus bruts (Je veux Travailler, ça empêche de penser), voire un peu âpres (Nourriture pour chiens et humains), comme si Didier Super ne surjouait pas le côté prolo. Maxime Bien Fait Pour Ta Pomme est une ritournelle mélancolique qui fera forcément de l’effet. C’est tellement personnel qu’on sait tout de suite quand on a affaire à une reprise. Et il y a en a quelques-unes ici dont Le Beau Bizarre.

La dose est copieuse bien évidemment. Mais il ne fallait sans doute pas faire une sélection dans ce qui est une matière brute livrée comme telle. On en sort avec ses préférences, certes, mais il aurait été dommage d’écorner cette vision d’ensemble. On termine cet album dans un état d’esprit différent de celui dans lequel on y est entré, c’est certain et ce n’est pas rien. Combien de fois faudra-t-il que Centredumonde se présente ? Autant qu’il le faudra en fait, on continuera à marteler sa bonne parole, paradoxalement drôle et revigorante dans son désappointement. No Strass No Stress, c’est plus qu’un titre, c’est un état d’esprit.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Centredumonde - No Strass No Stress 20 octobre 2021 19:56, par Laurent

    Ce type est infatigable. Moi qui pensais avoir fait, à contretemps, un tour relativement large de sa carrière discographique, voilà 20 morceaux inconnus qui me tombent dessus. C’est Noël avant l’heure (en tout cas, peu de temps après avoir démarré l’écoute, je me réjouis d’ores et déjà de la qualité toujours solide de ce que j’entends). Il m’épate, il m’épate, il m’épate !

    Ah oui : merci pour la madeleine du jour (Les Brochettes, oh lala ! "Disco Novo", un classique sur Radio Hellena...).

    repondre message

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)