Accueil > Musique > 2021 > Efterklang - Windflowers

Efterklang - Windflowers

lundi 25 octobre 2021, par Marc


Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.

Le premier morceau est ainsi en apesanteur. Evidemment, ceci est éminemment agréable à l’oreille mais on ne va pas prétendre s’extasier sur Dragonfly non plus. Ils peuvent en tous cas compter sur un précieux renfort de cordes sur Beautiful Eclipse.

Mais si les morceaux sont bons en l’état, on ne peut s’empêcher d’attendre la secousse, le basculement vers l’intensité pure à laquelle on a déjà tant eu droit de leur part. On se rappelle qu’en concert, c’est presqu’un orchestre indie qui nous surprenait

La voix est haut perchée sur Hold Me Close When You Can, plus frontalement sentimental. Mais on a déjà eu tant de bons (Novo Amor) et mauvais (Coldplay) exemples dans le genre pour complètement se laisser aller. Dans ce contexte, le mid-tempo un peu plus synthétique de Living Other Lives est le bienvenu. Tant qu’on en est à discuter électronique, le dernier morceau se termine par une longue transe due à notre ami de The Field et c’est évidemment fort bien, donnant on l’espère une piste qui sera suivie. Ce sont les motifs de satisfactions qui nous ont encouragés à persévérer dans les écoutes.

Il faudra attendre la suite pour voir si le revirement est momentané ou pas mais si le résultat présenté ici reste agréable, on ne retrouve pas la folie contenue qui faisait le sel de ce qu’on a aimé chez eux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)

  • Will Guthrie - People Pleaser Pt.II

    Quand on a pour hobby de parler de musique, ce qu’on écoute est souvent ce qu’on critique. Plutôt que chercher en vain quelque chose de pertinent à dire de Billie Eilish (que j’apprécie), je tente d’aller à l’inverse vers une musique plus rude, hermétique parfois, histoire de réétalonner les perspectives
    Nantais d’adoption, l’Australien Will Guthrie est à même de procurer ces sensations de libertés et d’expérimentations. Ne vous laissez donc pas tromper par le titre, ce n’est pas un album pour tout le (...)