Accueil > Musique > 2021 > Marissa Nadler - The Path of the Clouds

Marissa Nadler - The Path of the Clouds

lundi 15 novembre 2021, par Marc


Le temps passe mais ce sont souvent les autres qui nous le font ressentir. On avait ainsi découvert la précieuse chanteuse américaine il y a quinze ans déjà. Et comme sa productivité ne s’est jamais démentie, on a pu suivre son évolution au gré de ses neuf albums studio tous relatés ici.

On savait depuis les morceaux disponibles qu’elle pousserait le curseur plus loin vers une dream-pop éthérée, l’éloignant de la forme plus dépouillée des débuts. C’est aussi une des révélations de l’album, il faut maintenant ajouter les talents de production à sa panoplie. Cette évolution s’est faite presque naturellement, par touches, avec des allers et retours. Ce qui nous laisse à penser que ce n’est pas figé non plus, que la suite sera intéressante également.

Elle avoue avoir passé beaucoup de temps à regarder des séries sur des affaires criminelles et elles alimentent logiquement ces morceaux, ces murder ballads s’insérant naturellement à son style. Autre changement, elle a profité du confinement pour prendre des leçons de piano. Et tant qu’à faire, elle les a prises avec Jesse Chandler de Midlake. Elle ne veut donc pas garder de limites à son univers.

De son expérience folk restent la certitude que ces morceaux passeraient tous la rampe du guitare-voix. On n’a pas besoin d’un album alternatif pour se convaincre qu’Elegy est de ces beautés simples et directes. L’arpège de From Vapour To Stardust semble presque un clin d’oeil. En matière de dream-pop, elle est accompagnée occasionnellement d’une caution de premier ordre en la personne de Simon Raymonde des Cocteau Twins, accessoirement aussi son patron de label Bella Union.

Il y a une très belle profondeur dans Bessie, Did You Make It ? Paradoxalement, ce son plus léger impose une attention supérieure et un son plus poussé pour que les morceaux puissent mieux percoler, pour que les chorus de The Path of The Clouds puissent mieux s’imposer. If I Could Breathe Underwater apparait ainsi comme plus dilué mais il est solidement charpenté aussi. Les guitares sont donc brouillardeuses (Well Sometimes You Just Can’t Stay). Ou plus frontales comme sur le magnifique chorus final de Couldn’t Have Done The Killing. Mais c’est un leurre, l’émotion transperce ce brouillard et nous frappe. Et puis c’est un album qui grandit vraiment au cours des écoutes.

L’évolution de Marissa Nadler en tant qu’artiste est remarquable. L’amplitude de ses capacités ne cesse de nous étonner. A titre purement personnel, on ne peut s’étonner de noter que cet album sans défaut suscite aussi un peu moins d’émotion pure que certains de ses hauts faits du passé. Ce frisson immédiat est ici remplacé par une immersion totale dans un cocon sonore qui lui permet de distiller ses murder ballads sans coup férir. On est contemporains de Marissa Nadler et cette pensée seule est déjà un cadeau.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)