Accueil > Musique > 2021 > Chev Chevin - Nectar

Chev Chevin - Nectar

mercredi 8 décembre 2021, par Marc


Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.

Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du panier du genre. Les disciples de Vernon sont nombreux et souvent doués, mais c’est une satisfaction de voir Chev Chevin prendre d’autres chemins plus personnels.

Bon, ils s’éloignent tout de même des nôtres en faisant largement appel à l’autotune pour un résultat trop léger sur Backwards. Mais sur ce genre d’album aux revirements stylistiques permanents, on sait qu’on n’a qu’à attendre un peu pour revenir à des sentiments meilleurs qui de toute façon dominent. Ils enchainent en effet avec un pop plus éthérée, légèrement psychédélique (Magic Mike) qui fait vraiment le boulot, avec un espace sonore vraiment appréciable.

On croisera aussi un emballement electro sur While I Get Heard, le genre qu’on aurait pu retrouver chez leurs brillants compatriotes de The/Das alors que Knocked Out se pose art-pop des années ‘80 tandis qu’il n’y a que de la douceur sur Turn World.

D’une manière générale, le résultat très ‘produit’ pour nos aspirations mais gageons aussi que cette couche de finition peut aussi leur ouvrir les portes d’un plus large succès, ce qui n’est pas toujours le cas des formations dont on parle ici. C’est aussi un album qui grandit, sans doute parce qu’il aborde des genres qu’on a moins l’habitude de fréquenter.

Du hip-hop à Bon Iver en passant par du r’n b moderne et de la pop soignée, tout ne plaira pas peut-être sur ce premier album mais la large étendue de leurs possibilités et la verve emportent la mise. Si on ajoute que les transitions s’opèrent de façon fluide, on tient vraiment une formation à suivre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Chev Chevin - Nectar 8 décembre 2021 19:57, par Laurent

    Quel album déroutant, dites donc... J’ai pris la porte d’entrée avec Nausea, que j’ai trouvé formidable, mais ce que j’ai entendu après n’a RIEN, mais alors rien à voir ! Ce qui n’empêche pas l’album de posséder plusieurs grands moments (qu’est-ce qu’il est cool, ce Magic Mike...). Tu as raison, il faut pas les lâcher ces gars-là.

    repondre message

    • Chev Chevin - Nectar 9 décembre 2021 12:29, par Marc

      C’est clair que vu le large spectre de tes goûts il y a de quoi voir venir ici. Reste à voir s’ils vont cultiver cet éclectisme ou se concentrer sur un de leurs genres. A suivre quoiqu’il en soit.

      repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)