Accueil > Musique > 2021 > The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7

The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7

lundi 13 décembre 2021, par Marc


S’il est communément admis qu’on peut identifier des amis à leur propension à nous décevoir, The Wooden Wolf n’en fait pas partie tant on n’a jamais été déçus par Alex Keiling. Il y a pourtant avant l’écoute une minuscule appréhension. Sera-t-on encore charmé ?

La voix éraillée et son humanité bouleversante sont toujours là. Le style reste, les différences sont à la marge et donnent une tonalité différente à chaque parution. Sur ce septième opus, on distingue des atours plus légers et on peut s’imaginer que Kurt Cobain aurait pu évoluer comme ça après le somptueux Unplugged. C’est la première fois que cette référence s’impose et il faut dire qu’elle est tenace (et pas désagréable non plus). Le mal-être de l’Américain n’est cependant pas restitué au contraire d’une ferveur qu’on apprécie toujours chez lui. Ses fantômes restent américains (John Fante’s Blues) et quand il s’attaque à un président (How I Killed Mr President), on l’imagine plus s’adresser à Truman qu’à Macron.

On quitte la tension pure de, disons Vic Chestnuttpour la beauté plus apaisée d’un Elliott Smith. Ces exemples sont volontairement pris à très haute altitude, là où on rencontre des artistes de ce calibre. Des arpèges qui peuvent d’ailleurs rappeler Leonard Cohen (The Ghost). La voix est éminemment différente mais on est à ce degré de classicisme-là. La sobriété des cordes étant même d’un niveau jamais atteint par le maitre canadien. Celles de Just To Be A Witness semblent plus un doux vrombissement d’ailleurs. Les morceaux ont pourtant été enregistrés à la Tascam 4 pistes (il y a du bouncing...) pendant le premier confinement. Ce genre de procédé ajoute un grain qui convient bien évidemment.

Et puis il y a ces morceaux, ces moments où ce qu’on aime déjà se voit confirmer par une intensité encore supérieure. I Don’t Know I Don’t Know est de ceux-là et on les ajoute à la longue liste de ce qui nous a chaviré chez lui. Il y a en effet ces mélodies qui frappent par leur limpidité (Just To Be a Witness). On ne s’étonne même plus que tant d’espace émotionnel soit investi par une voix et un arpège (Lonely Pants).

Il y a toujours une évolution, une particularité en passant d’un album à l’autre. Ici, c’est la douceur qui prime, tout en maintenant cette haute dose d’émotion qui nous liera toujours à lui. Bref, sept réussites en autant d’albums, la performance mérite toujours d’être soulignée.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7 13 décembre 2021 08:43, par Laurent

    Tout à fait d’accord. J’ai été saisi par la même appréhension à cause des "atours plus légers" dont tu parles, à l’écoute apéritive de Laurène Laurène en single avant-coureur. Et à l’arrivée, l’ensemble est cohérent, le charme opère comme à chaque fois et "l’humanité bouleversante" me renverse à nouveau. Je suis ravi que tu insistes sur Just to Be a Witness qui est la pierre angulaire de cet opus (le terme n’est pas galvaudé ici) et qui m’a transporté à des niveaux d’altitude rares. Ce n’est évidemment pas la seule perle ici : The Ghost et ses harmonies to die for (à se damner, comme dirait JCVD), le venin discret de Hungover Dream,... on pourrait en fait citer tous les titres donc je m’arrête là. De tous les "classiques" d’Esprits Critiques (à quand la conversion en radio ?), The Wooden Wolf est peut-être celui dont la découverte m’inspire le plus de gratitude et dont le parcours m’apparaît comme un des plus constants (ce que tu soulignes par ailleurs). Superbe album !

    repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)