Accueil > Critiques > 2022

Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

mardi 18 janvier 2022, par marc


La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.

On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de Montreux, pas exactement en endroit de messe noire si vous voulez notre avis. La setlist reprend logiquement 4 morceaux de son dernier album studio ‘chanté’ et deux du précédent, de quoi constituer un rattrapage ou des retrouvailles avec un versant de sa discographie. L’autre étant constitué d’instrumentaux à l’orgue et est aussi recommandable. L’orgue est évidemment présent ici aussi. Et pour l’anecdote, la table de mixage utilisée est celle du studio de Queen à Montreux et maintenant déplacée à Göteborg.

Oui, il y a le fantastique The Mysterious Vanishing of Electra. Si vous vous demandez si ce genre de morceau peut garder toute sa saveur en live, la réponse apportée ici est éclatante. On y retrouve la ferveur et la lourdeur des Swans et on rappelle qu’elle avait déjà assuré la première partie du groupe de Michael Gira et qu’elle a participé à leur dernier album. Cette veine plus spectaculaire se retrouve sur Come Wander With Me / Deliverance dont le final qui pousse au headbanging est l’apothéose dont ce genre de concert a besoin.

Forcément, la longueur hors-normes d’Ugly and Vengeful (plus de 19 minutes dans cette version) impose presque cette accélération, ces changements de ton et de tempo. Et puis il y a cette autre dualité, lui permettant d’être à la fois Lisa Gerrard (le début de The Truth, The Glow, The Fall) et un genre de PJ Harvey énervée. Elle enchaine fort joliment avec une pièce plus apaisée (Källans Återuppståndelse) du plus bel effet qui prend toute sa saveur entre les soubresauts du reste. Son petit rire de soulagement à la fin du morceau est la seconde qui nous rapproche d’elle et casse le côté ’prêtresse gothique’ vers lequel elle pourrait basculer.

Spectaculaire et intime, apaisé et furieux, l’univers d’Anna von Hausswolff est succulent en live, ce que cet enregistrement vient confirmer. Si ce sont des intégristes qui vous ont signalé cette artiste et que vous ne savez pas comment aborder sa belle discographie, ce live fournit une belle introduction à la plupart des aspects de cette artiste importante et complexe qu’on retrouve avec un plaisir non feint.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)