Accueil > Musique > 2022 > Bank Myna - Volaverunt

Bank Myna - Volaverunt

vendredi 25 février 2022, par Marc


Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.

Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant féminin. Si on a déjà exprimé nos réticences quant à certains de ses emplois dans un cadre, disons, post-rock, il est judicieux ici. Il évoque plus des choses aériennes comme Dead Can Dance que des climats apocalyptiques ou trop éthérés. Enfin, ça, c’est au début, on se doute que tout va s’épaissir. Et on ne sera pas déçus. Evidemment, une certaine Anna Von Hausswolff a un peu cassé le game du genre mais ce n’est vraiment pas une raison pour bouder son plaisir ici.

The Sleep Of Reason présente un riff (de basse ?) lancinant et tout le morceau pousse au lent balancement du chef. The Open Door commence de façon plus aérienne, avec de beaux entrelacs de voix qui suivent une inévitable montée qui se négocie dans des pourcentages moyens. Sans doute que la raréfaction des sorties post-rock qui nous parviennent laisse plus de place à ce genre, mais il n’en reste pas moins que Bank Myna maitrise son sujet et cet album qui s’écoute comme un tout, d’une traite de préférence, et souvent parce qu’on remarque vite qu’on aime ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)