Accueil > Musique > 2022 > Kloé Lang - Aimez-Moi

Kloé Lang - Aimez-Moi

lundi 11 avril 2022, par Marc


Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.

On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort bien, dans une veine fort proche de l’original, mêlant pur classique et des pièces moins fréquentées (Parce Que Je T’Aime). Les arrangements (ils sont tous de Michael Wookey) de cloche sur le second sont plutôt bien vus. La voix tient logiquement les avant-postes dans ces cas-là. Septembre a déjà connu une version presque définitive par Camelia Jordana sur l’album d’Alexandre Tharaud et souffrira un peu de la comparaison, tout comme celle de Le Mal De Vivre se confronte à celle de Pierre Lapointe.

Choisir Janis Joplin est une bonne idée de contrepoint, proposant un style forcément différent et brisant toute velléité de monotonie. Mais dans l’absolu, si ces moments apportent une bienvenue variété, l’accent frenchy est manifeste (encore plus quand elle déclame) et le blues déglingué n’est pas vraiment présent. La (belle) voix claire n’est sans doute pas taillé pour ces morceaux poisseux. Aimez-Moi est un morceau personnel, avec de vrais morceaux de scat dedans qui donne une idée de ce qu’elle ferait seule.

Cet album claque comme une déclaration d’intention et une démonstration de possibilités. C’est en tant qu’exercice qu’il faut sans doute l’appréhender. Double intérêt donc, nous signaler les intentions d’une artiste et l’envie de récouter Barbara d’urgence.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)