Accueil > Musique > 2005 > Noir Désir En Public

Noir Désir En Public

lundi 21 août 2006, par Marc


Il faut le dire tout net : qui peut prétendre mieux incarner le rock français que Noir Désir ? Finalement, il n’existe pas non plus dans le rock anglo-saxon d’équivalent véritable dans la recherche musicale, l’intensité de l’interprétation et l’engagement politique.

Cet album était prévu de longue date, mais il va de soi que le crime dont s’est rendu coupable Bertrand Cantat a logiquement perturbé la sortie. Deux ans plus tard donc, Noir Désir redevient ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : un excellent groupe de rock.

Noir Désir c’est notamment une voix, chaude, capable d’éructer ou d’injecter de la ferveur sur n’importe quoi. Les gens qui chantent comme si leur vie en dépendait en ayant un organe pareil ne peuvent que toucher. La chair de poule provoquée ne trompe pas. Essayez de trouver quelqu’un pour reprendre ’Des armes’, juste pour rigoler...

Leur dernier album studio, Des visages, des figures était un peu froid d’aspect. On apprécie d’autant mieux la chaleur des versions proposées ici. Mais le piège de l’uniformité que pouvait présenter Dies Irae, la déflagration qui constituait le seul live officiel est évitée. A ce titre, A l’envers, à l’endroit ou Des visages, des figures prennent leur vraie dimension. C’est que le groupe a évolué depuis la tournée qui a suivi l’indispensable Tostaky. On tient donc un instantané d’un groupe en mutation perpétuelle, emmenant son répertoire au gré de son humeur.

24 titres, ça permet de balayer un peu toute la carrière du groupe. Même s’il ne reste que peu de traces des deux premiers albums. Les incunables Les écorchés ou A l’arrière des taxis gardent intact leur potentiel malgré des moments plus policés. Les versions sont parfois surprenantes. Comme ce One trip, one noise qui reçoit un traîtement qui s’inspire de celui infligé par Treponem pal sur l’album de remixes One trip one noise.

Certains titres trop connus et un peu surfaits (L’homme pressé) sont un rien décalés ou carrément absents (Un jour en France). Il y a même un vrai morceau de Brel dedans, Ces gens-là qui figurait déjà dans la compilation Du ciment sous les plaines. Le mode expressif du grand Jacques trouve bien évidemment preneur. Le tout se termine par un texte Ce n’est pas moi qui clame mis en musique de façon presque hypnotique. L’exercice est périlleux et le ridicule est évité mais bon, ce n’est pas renversant non plus. Parfois aussi on peut noter un peu de complaisance dans de longues versions. Mais une fois dans la salle on ne voit pas le temps passer.

Le public intervient finalement assez peu dans les morceaux (sauf sur Comme elle vient), ce qui rompt avec une certaine tradition française de la captation en public. De plus, il n’y a jamais de ballade, juste des moments de recueillement, toujours à la limite de la rupture (Lolita nie en bloc, A ton étoile).

Quoiqu’il en soit, voici une introduction indispensable à la carrière du groupe bordelais pour les néophytes mais qui comporte suffisamment d’intérêt intrinsèque pour devenir le disque de chevet de ceux qui connaissent.

Une autre utilité de ce disque est de rappeler à ceux qui prennent les pilleurs comme Luke au sérieux que l’original est infiniment supérieur à la copie. Epitaphe pour le groupe ? Seul l’avenir nous le dira mais les retrouver sur disque est un plaisir qui ne se boude pas. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.
    Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que (...)