Accueil > Musique > 2022 > Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

lundi 4 avril 2022, par Marc


Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.

Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival de Woodstock. L’image qui illustre la pochette est tirée du fameux documentaire qui y est consacré et on y voit le père de Chandler Smith (le flûtiste de Midlake). De quoi placer le groupe dans une mouvance américaine qui va du rock planant et rêveur de Mercury Rev à la coolitude des jams de My Morning Jacket en passant par toute une frange de rock des années ’70. Le plus fort là-dedans c’est que non seulement leur personnalité peut surnager mais elle est franchement patente. A l’écoute des premières notes de Feast of Carrion, on écoute du Midlake et rien d’autre. Cet aspect soft-rock aérien qui plait tant malgré son extrême légèreté est bien là, peut-être comme le trait d’union le plus fort avec la première partie de leur discographie.

On sentait qu’Antiphon était un album de bascule et celui-ci le confirme, avec la même réusite. On ne tente même plus de retrouver l’émotion à jets continu de The Courage of Others mais on sait qu’on va passer un bon moment. Ce que confirme la solidité de Bethel Woods, soutenu par une formidable section rythmique. Ce sont des cadors de la discipline ne l’oublions pas. Maintenir le tempo reste un moyen fiable de maintenir les morceaux en vol. Et celui-ci croise en haute altitude. Mais à l’opposé, cet album peut aussi être un piège à l’attention, la fin de Glistening étant plutôt vaporeuse après un départ marqué par un riff compliqué. Une manière de contrer cet effet est de hausser le tempo et ajouter un soupçon de lourdeur, ce qui nous vaut par exemple la très belle densité d’Exile ou le terrible emballement au milieu d’Of Desire.

Les morceaux s’enchainent avec plaisir mais certains passent dans l’oreille avec tant de facilité qu’ils ne laissent pas énormément de traces (Noble). Pour une fois, ce n’est pas le groupe qui produit seul mais John Congleton qui a à son incroyable CV des artistes comme Eplosions In The Sky, Xiu Xiu, The Decemberists, Swans, St Vincent, Anna Calvi, Shearwate ou Clap Your Hands Say Yeah pour ne reprendre que des albums dont on vous a parlé.

Avec le recul du temps, la trajectoire de Midlake est assez limpide. On peut préférer certaines phases à d’autres mais la cohérence et la solidité de la formation texane forcent le respect sur cet album qui encaisse sans coup férir les hautes rotations.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)