Accueil > Critiques > 2022

Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

lundi 25 avril 2022, par marc


On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.

Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes de réponses. On ne peut pas se cacher, trouver des artifices. Les mélodies sont à nu (celle de Father est très belle), les paroles sont exposées, la belle voix chaude aussi. Vous aurez compris que tout est là pour que ça fonctionne, avec ce petit plus aussi difficile à définir que facile à accepter. Les paroles sont clairement exposées et on se laisse toucher par la simplicité de Memories, par ces souvenirs forcément personnels, ce qui peut être une des raisons de la connivence.

Le tout est rehaussé de discrètes cordes ou d’un harmonica, voire d’un rien de chœurs (mieux dosés que chez Leonard Cohen, je vous rassure tout de suite). Pas de nudité donc, l’austérité n’est pas de mise même si le recueillement est plus à l’ordre de jour que les libations. La facture est donc très très classique mais si ce n’est pas perturbant pour vois (pourquoi d’ailleurs), cet EP a la longueur idéale pour apprécier sans lassitude un univers pétri de talent.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)