Accueil > Critiques > 2022

Baby Fire – Grace

vendredi 6 mai 2022, par marc


Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.

On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi l’entendre de façon pertinente dans une émission on ne peut plus sérieuse sur une émission historique pour parler de punk et de CRASS plus précisément. De façon peu fortuite donc, on note la présence d’Eve Libertine ici. Et ce n’est pas la seule invitée d’ailleurs, le casting regroupe du beau monde. On souligne tous les six mois à quel point l’apport de G.W. Sok est bienvenu. Avec des collaborations avec Coddiwomple, Filiamotsa, Club Cactus, Oiseaux-Tempête ou Unik Ubik, il devient le feat le plus productif qu’on connaisse et c’est encore une fois bien vu.

Le tempo est plus lent, définitivement. Ce qui n’empêche pas les prises d’intensité, bien au contraire, Grace se densifie ainsi d’une belle façon. Il faut dire qu’il n’y a rien de moins que Mike Moya de Godspeed You ! Black Emperor en renfort, ça compte. Pour l’anecdote, on se rappellera avoir vu le duo en première partie de la légendaire formation post-rock canadienne.

De sporadiques, les rapprochements avec PJ Harvey sont maintenant plus fréquents et pertinents. Moins de fureur donc mais l’intensité est là sur Fleur de Feu (nom d’un autre projet de Dominique Van Cappellen-Waldock, allez vous y retrouver...). Ces morceaux osent rester en suspension, en installation (Prayer), ou moduler de la densité pure sur Dance ! Elles se permettent aussi quelques harmonies vocales de temps à autres, notamment avec Laetitia Sheriff sur Eternal.

Disons-le tout de suite, on adhère complétement à la relative métamorphose du maintenant trio. La fureur pure cède progressivement la place à une intensité de très bon aloi. Une belle brochette d’invités vient relever ce retour qu’on n’aurait jamais osé espérer aussi réjouissant.

https://babyfire.bandcamp.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Baby Fire – Grace 6 mai 2022 18:22, par Laurent

    C’est cocasse quand tu dis que tu gardes le souvenir d’un disque abrasif mais que "onze ans plus tard, la situation a bien changé". Nom de djos, moi ça m’a bien abrasé cette affaire ! Je ne connaissais pas du tout cette Dominique (pas plus que la majorité des featurings) mais ça brûle. PJ Harvey ? Oui, bien sûr. J’ai aussi pensé en vrac à Carla Bozulich, Shannon Wright, Siouxsie, Scout Niblett... bref rien que de l’incandescent. Joli brûlot, comme on dit.

    repondre message

    • Baby Fire – Grace 7 mai 2022 20:12, par Marc

      Disons que ça reste abrasif mais avec un grain plus fin (la métaphore Brico, c’est pas de ouf...). Le dossier de presse cité Carla Bozulic, bien vu. Cette Dominique reste donc une valeur sûre de l’alternatif de par chez nous, pas de doute là-dessus.

      repondre message

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)