Accueil > Musique > 2022 > Kowari - Trail

Kowari - Trail

lundi 9 mai 2022, par Marc


Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique.
Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.

Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe à Yann Tiersen qui aurait acheté un sampler, soit une référence en la matière.
Mais surtout, l’usage des sons électroniques n’est pas le même que chez les deux formations précitées. Si elles apportent de la rondeur et du peps, c’est aussi un peu moins fouillé. Leur background est différent et ça se sent.

Le résultat est cependant réussi quand cette mélancolie se décline avec les beaux beats ronds d’Allegoria ou qu’ils utilisent une force supplémentaire pour faire monter la sauce sur Nightlife ou relever Aeon
Part.I
.Ce sont ces moments qui marqueront, même si le son plus synthétique ne permet pas cependant d’atteindre les sommets d’émotion lyrique d’un Mono dans des morceaux similaires. Mais ils s’éloignent toujours des poncifs post-rock, préférant séduire
avec un Ashes alangui au piano sur lit de cordes. Cette escapade cinématique en diable a donc un taux mélodique très élevé mais reste bien sage dans les sons synthétiques. C’est moins un réticence qu’une spécificité précisons-le.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Kowari - Trail 9 mai 10:11, par Laurent

    Jolie coïncidence... J’étais précisément au début de ma première écoute de cet album au moment de découvrir ton article. Ce dernier spoile déjà de potentiels highlights : on va vérifier en direct. Si ta prochaine critique concerne Wovenhand (le suivant dans ma liste), et je me dis que la probabilité n’est pas mince, alors je saurai que tu as un côté télépathe !

    repondre message

    • Kowari - Trail 9 mai 16:40, par Marc

      Non, il faudra remette notre numéro de mentaliste à plus tard... J’ai bien écouté le Wovenhand mais je ne compte pas en parler. Les articles prévus pour mercredi et vendredi sont des albums que tu dois déjà connaître.

      repondre message

      • Kowari - Trail 9 mai 17:14, par Laurent

        Ach ! Je peux comprendre étant donné la déception qu’a été, dans son ensemble, ce disque de Wovenhand qui compte tout de même quelques jolies choses. Mais revenons au vrai sujet : l’album de Kowari est vraiment beau. Les deux derniers titres, en particulier, m’ont grandement séduit. Une réussite indéniable !

        repondre message

        • Kowari - Trail 11 mai 15:45

          Il y a toujours de jolies choses chez Wovenhand mais l’impression que tout se ressemble depuis leur virage ’huile de moteur gothique’ est quand même prégnante.

          Ravi que Kowari te plaise, j’ai passé un bon moment avec cet album !

          repondre message

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)