Accueil > Critiques > 2022

Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

vendredi 27 mai 2022, par Marc


On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.

Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté même sur Darkness Fades (grand morceau par ailleurs). Mais comme ce n’est pas généralisé, on peut raisonnablement penser qu’il s’agit d’un effet. Pour reprendre un récent exemple brillant, elle semble plus s’exposer personnellement qu’Emily Jane White ou Lana Del Rey. Tant qu’à citer des artistes, I’ll Try a un vibrato et une intensité qui la rapproche d’artistes comme Anna Calvi ou Angel Olsen ou Marissa Nadler. Un club huppé donc.

Les montées sont plus douces peut-être (Born, Home to Me) même si c’est très chargé il faut le dire. Il y a pourtant ici peu de morceaux intimes (Darkish), même si elle peut prendre un ton plus alangui sur Born avant d’enclencher la surmultipliée. L’album prend de la consistance avec des sons plus âpres (Headspace). On est alors projeté dans une dimension supérieure qui nous vaudra aussi bien une power-ballad poignante (Come Back). Si le niveau reste élevé, on retiendra donc ces sommets.

Parler de chanteuses d’exception peut sembler un peu spécieux si on considère le nombre de celles qu’on chérit ici. A ce panthéon fort bien fréquenté, il conviendra d’ajouter Sharon Van Etten qui arrive à combiner excellence (condition d’accès minimum pour ce club) et une personnalité bien marquée.

https://sharonvanetten.bandcamp.com/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)