Accueil > Critiques > 2022

Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

vendredi 27 mai 2022, par marc


On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.

Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté même sur Darkness Fades (grand morceau par ailleurs). Mais comme ce n’est pas généralisé, on peut raisonnablement penser qu’il s’agit d’un effet. Pour reprendre un récent exemple brillant, elle semble plus s’exposer personnellement qu’Emily Jane White ou Lana Del Rey. Tant qu’à citer des artistes, I’ll Try a un vibrato et une intensité qui la rapproche d’artistes comme Anna Calvi ou Angel Olsen ou Marissa Nadler. Un club huppé donc.

Les montées sont plus douces peut-être (Born, Home to Me) même si c’est très chargé il faut le dire. Il y a pourtant ici peu de morceaux intimes (Darkish), même si elle peut prendre un ton plus alangui sur Born avant d’enclencher la surmultipliée. L’album prend de la consistance avec des sons plus âpres (Headspace). On est alors projeté dans une dimension supérieure qui nous vaudra aussi bien une power-ballad poignante (Come Back). Si le niveau reste élevé, on retiendra donc ces sommets.

Parler de chanteuses d’exception peut sembler un peu spécieux si on considère le nombre de celles qu’on chérit ici. A ce panthéon fort bien fréquenté, il conviendra d’ajouter Sharon Van Etten qui arrive à combiner excellence (condition d’accès minimum pour ce club) et une personnalité bien marquée.

https://sharonvanetten.bandcamp.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)