Accueil > Critiques > 2022

Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

lundi 30 mai 2022, par Marc


L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.

La sensation de voyage est toujours là et cette échappatoire avait aidé lors du premier confinement (Acapas avait beaucoup tourné ici) nous arrive alors que la liberté revient dans notre quotidien. On peut donc parler de cycle, pour lui comme pour nous. Parce que ce confinement se retrouve évoqué à plusieurs endroits (On Dansera, le blues acoustique de Lockdown).

Sur cet album, c’est le côté lancinant qui frappe, qui séduit d’emblée et sur la longueur, apportant une vraie profondeur. De la répétition intense de Megalopole au lancinant riff de Ne T’En Fais Pas, il ne nous lâche pas. Si l’intro de Si Besoin D’Ecrire Des Vers renvoie à celui de Ceremony, le morceau lui-même s’approche plus sensiblement d’un songwriting classique et c’est franchement réussi.

Il y avait les monologues parfois délirants de La Galaxie Du Chien Qui Fume et les récits d’aventure à la première personne d’Acapas. Il y a moins de ces surgissements ici, compensés largement par des mélodies plus présentes et prenantes, plus de mélancolie encore (L’Oiseau Bleu) et une densité en mélodies supérieures. Ce qui nous vaut des moments de vrai bonheur musical (Tout Passe), pouvant combiner un gimmick entêtant et une liberté totale (Les Amours Transitoires). Olivier Savaresse est notre voyageur préféré. Loin du bourlingueur un peu mytho à la Lavilliers, il arrive à concilier un esprit de découverte et de proximité à la fois.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)