Accueil > Musique > 2022 > Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

lundi 30 mai 2022, par Marc


L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.

La sensation de voyage est toujours là et cette échappatoire avait aidé lors du premier confinement (Acapas avait beaucoup tourné ici) nous arrive alors que la liberté revient dans notre quotidien. On peut donc parler de cycle, pour lui comme pour nous. Parce que ce confinement se retrouve évoqué à plusieurs endroits (On Dansera, le blues acoustique de Lockdown).

Sur cet album, c’est le côté lancinant qui frappe, qui séduit d’emblée et sur la longueur, apportant une vraie profondeur. De la répétition intense de Megalopole au lancinant riff de Ne T’En Fais Pas, il ne nous lâche pas. Si l’intro de Si Besoin D’Ecrire Des Vers renvoie à celui de Ceremony, le morceau lui-même s’approche plus sensiblement d’un songwriting classique et c’est franchement réussi.

Il y avait les monologues parfois délirants de La Galaxie Du Chien Qui Fume et les récits d’aventure à la première personne d’Acapas. Il y a moins de ces surgissements ici, compensés largement par des mélodies plus présentes et prenantes, plus de mélancolie encore (L’Oiseau Bleu) et une densité en mélodies supérieures. Ce qui nous vaut des moments de vrai bonheur musical (Tout Passe), pouvant combiner un gimmick entêtant et une liberté totale (Les Amours Transitoires). Olivier Savaresse est notre voyageur préféré. Loin du bourlingueur un peu mytho à la Lavilliers, il arrive à concilier un esprit de découverte et de proximité à la fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)