Accueil > Musique > 2022 > Déclic Vol 1 : Mutant

Déclic Vol 1 : Mutant

lundi 20 juin 2022, par Marc


Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.

Difficile donc de discerner les intervenants et c’est très bien comme ça. Mais ou des exercices comme FUCTAPE partent dans énormément de directions, cet album reste remarquablement cohérent. Sans doute que ce line-up fait d’opportunités a induit cet entrechoquement. Typiquement, le saxophone pourrait être absent de bien des morceaux sans laisser un trou béant. Mais en tant que tels, ces morceaux restent cohérents et ce sax ajoute du liant entre les morceaux en plus d’une touche de liberté bienvenue. On pense un peu au piano de Chilly Gonzales en liberté chez Plastikman mais le fond est moins minimal.

Entrechoquement aussi sur Circles Take où des structures techno appuient un sax très free jazz pour une belle giclée d’euphorie. Ils n’ont même pas besoin de sortir les beats pour que ça fonctionne. De belles structures denses pouvant déboucher sur des entrelacs de percussions (Outrolude) pour un résultat lumineux. Oui, il y a un peu de voix (triturées) sur Wind mais ce ne sont pas elles qui prennent le plus de place. Fort heureusement aussi, les morceaux plus louvoyants comme 6.1.10 n’en deviennent jamais arides, il y a toujours de l’air et de la lumière. Ils nous laissent avec une dernière longue plage Nican qui n’est pas qu’un sas de décompression et qui convoque de bons vieux breakbeats

Malgré le vocabulaire abstrait utilisé ici, cet album de jazz electro de haute tenue est remarquablement accessible et cohérent. Dans le genre, il se profile comme un des meilleurs exercices de l’année et pourra servir d’introduction à beaucoup d’artistes qu’on ne connaissait pas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Simone Bernadoni est douce, pas trop éloignée de celle de Laetitia Sadier et excelle dans ce registre (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)