Accueil > Critiques > 2022

Equipe de Foot - Géranium

vendredi 24 juin 2022, par marc


Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.

Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que j’ai apprécié le plus à l’époque et encore moins maintenant. Surtout que leur jeune compatriote Feldup propose des morceaux plus alléchants. Mais attitude bougonne mise à part, il y a fort à parier qu’il y a du quadragénaire client parmi mon lectorat.

Ceux-là pourront apprécier les grosses guitares sur rythmique lentes sur Quatre-Vingt-quatorze qui est sans doute une année d’inspiration pour le genre. Mais bon, on ne se hisse pas non plus au niveau des modèles. On préfère logiquement quand ils versent dans une pop indé avec tous les marqueurs du genre comme une voix plutôt haut perchée, mélodies tristounes et une batterie créative. Enfin c’est une des possibilités et on se sent concernés sans doute aucun.

Leur côté pop se traduit par une bienvenue volonté de trousser des mélodies. C’est le côté le plus enthousiasmant. Sachez quand même que c’est chanté en anglais avec un accent qui ne l’est pas franchement, ce qui ressort plus quand le tempo se ralentit. Ça peut être une réticence (Cosy Nothing, Moving Coffin) ou pas.

Lorgnant franchement vers un pan pop-rock à grosses guitares et mélancolique à la fois des nineties, Equipe de Foot propose une plongée dans l’époque qui s’adresse surtout aux nostalgiques. Ce n’est vraiment pas mon truc mais je m’en voudrais de le passer sous silence si c’est le vôtre.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Equipe de Foot - Géranium 25 juin 2022 09:15, par Laurent

    En quadra-public-cible, je dois dire que le premier morceau m’a enthousiasmé puis que j’ai commencé à décrocher à partir du deuxième. Mon intérêt a été relancé à diverses reprises (les deux derniers titres par exemple), la mélancolie lo-fi occasionnelle me faisant penser à Troy Von Balthazar, mais je suis moins fan ici des envolées de grosses guitares. J’ai l’impression que l’album a un peu le séant entre deux chaises, ce qui fait que j’en ai beaucoup aimé une petite moitié, cependant que l’autre m’a totalement laissé sur le carreau.

    repondre message

    • Equipe de Foot - Géranium 25 juin 2022 15:28, par marc

      C’est vrai qu’on sent clairement deux influences qui ne fusionnent pas. Mais il faut sans doute oser dire que le plus gros problème c’est le déficit de morceaux marquants...

      repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium 27 juin 2022 21:31, par équipe de foot le groupe de musique

    Désolé on se concentrera plus la prochaine fois ! En tout cas merci pour la chronique !

    repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)