Accueil > Musique > 2022 > Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

lundi 27 juin 2022, par Marc


Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici

Sans doute que le retour plus régulier de Wolf Parade rend ces exercices solo plus personnels. Il faut dire que ces morceaux ont tous été publiés sous d’autres formes pour ses sponsors Patreon. D’où un côté plus ‘fait maison’ qui leur va finalement bien au teint. Son chant surexpressif n’a pas toujours besoin de beaucoup d’atours pour marquer. Et du marquant, il n’en manque pas ici. Surtout la belle longue pièce Cut The Eyeholes Out So I Can See. Ces enrobages synthétiques lui donnent une étonnante profondeur, comme sur Organ Music not Vibraphone Like I’d Hoped de Moonface. Cette veine un peu lo-fi marche aussi sur My Puppeteer. Mais il faut un songwriting de première bourre. En effet, quand on pratique des mélodies aussi tortueuses et louvoyantes, il en faut peut pour se perdre. Par contre, quand c’est réussi c’est vraiment envoûtant. C’en est presque limpide sur How We Have To Live.

Evidemment, il essaie des choses qui n’aboutissent pas toujours. Remplacer son chant singulier par une voix de synthèse (on l’imagine) sur Bone Grey prouve par l’absurde combien ses morceaux doivent à son interprétation.

On appréciera toujours ses piano-voix qui peuvent occasionnellement se faire sublimes. Hanging Off The Edge aurait eu sa place en tant que morceau aéré de l’indispensable Julia With Blue Jeans On. On remarque à peine que Splipping In and Out of The Pool ou My Muscles Are Fine sont pratiquement des guitare-voix et c’est un genre qu’il maitrise aussi.

Ceci est le meilleur album de Spencer Krug en tant qu’artiste solo sous son nom seul. C’est suffisamment restrictif pour ne pas souffrir de discussion. Plus aride et expérimentaux que ce qu’on entend chez Wolf Parade, ce terrain de jeu confirme le talent et la productivité du Canadien, avec quelques grands morceaux à la clé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)