Accueil > Critiques > 2022

Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

lundi 27 juin 2022, par marc


Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici

Sans doute que le retour plus régulier de Wolf Parade rend ces exercices solo plus personnels. Il faut dire que ces morceaux ont tous été publiés sous d’autres formes pour ses sponsors Patreon. D’où un côté plus ‘fait maison’ qui leur va finalement bien au teint. Son chant surexpressif n’a pas toujours besoin de beaucoup d’atours pour marquer. Et du marquant, il n’en manque pas ici. Surtout la belle longue pièce Cut The Eyeholes Out So I Can See. Ces enrobages synthétiques lui donnent une étonnante profondeur, comme sur Organ Music not Vibraphone Like I’d Hoped de Moonface. Cette veine un peu lo-fi marche aussi sur My Puppeteer. Mais il faut un songwriting de première bourre. En effet, quand on pratique des mélodies aussi tortueuses et louvoyantes, il en faut peut pour se perdre. Par contre, quand c’est réussi c’est vraiment envoûtant. C’en est presque limpide sur How We Have To Live.

Evidemment, il essaie des choses qui n’aboutissent pas toujours. Remplacer son chant singulier par une voix de synthèse (on l’imagine) sur Bone Grey prouve par l’absurde combien ses morceaux doivent à son interprétation.

On appréciera toujours ses piano-voix qui peuvent occasionnellement se faire sublimes. Hanging Off The Edge aurait eu sa place en tant que morceau aéré de l’indispensable Julia With Blue Jeans On. On remarque à peine que Splipping In and Out of The Pool ou My Muscles Are Fine sont pratiquement des guitare-voix et c’est un genre qu’il maitrise aussi.

Ceci est le meilleur album de Spencer Krug en tant qu’artiste solo sous son nom seul. C’est suffisamment restrictif pour ne pas souffrir de discussion. Plus aride et expérimentaux que ce qu’on entend chez Wolf Parade, ce terrain de jeu confirme le talent et la productivité du Canadien, avec quelques grands morceaux à la clé.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)