Accueil > Critiques > 2022

Andrew Bird – Inside Problems

lundi 4 juillet 2022, par marc


On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.

Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici sa veine feutrée, un peu éloignée de sa brillance folk. Mais les morceaux peuvent se faire un peu sinueux, avec des choristes toujours au top (Fixed positions).

Evidemment, le violon sous plusieurs formes domine les débats. On aime le beau riff profond de Lone Didion ou le fiddle sur Faithless Ghost. Le folk n’est pas standard avec lui de toute façon, surtout qu’il toujours un siffleur d’exception. Au-delà du marqueur facile, c’est une façon plaisante de distiller un riff.

L’album précédent se distinguait par une admiration constante qu’on ne retrouve peut-être pas ici. Impression subjective certes, surtout que cet album grandit au fil des écoutes, ce qui est toujours un signe positif. Et puis les moments de bravoure sont bien là. Oui on aime les poussées d’Inside Problems qui prouvent qu’en sus du reste c’est un grand chanteur, les remontées plus discrètes qui poussent Fixed Positions. Les sommets restent sans doute un Make a Picture bien percutant et un Atomized qui maintient ces belles dispositions.

Album impeccable et soyeux, Inside Problems est un album à la hauteur de son auteur. Andrew Bird reste un artiste de haut vol qui garde définitivement la main. Seule une petite différence de perception entre les albums module le plaisir.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)