Accueil > Musique > 2022 > Metric – Fromentera

Metric – Fromentera

mardi 9 août 2022, par Marc


Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.

On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber dans la bourrinade est souvent compliqué mais c’est parfaitement réussi ici, avec des éclairs électriques qui viennent relever le tout et pousser le morceau à une intensité supérieure et des permutations de rythme parfaitement exécutées. Avec un peu de recul, on se rend vite compte que c’est le meilleur morceau de cet album. La longueur inhabituelle est souvent réservée aux fins d’album, ou à ces morceaux qui tout en étant un peu à côté du style de base d’un groupe sont aussi emblématiques. Dans la lignée de Yeah (Crass Version) ou The Past Is a Grotesque Animal donc, oui, rien que ça...

Un pied dans l’efficacité electro, un autre dans une électricité de bon aloi, c’est la position qu’ils adoptent. Et elle nous vaut ces morceaux simples et percutants et entêtants comme What Feels Like Eternity. C’est ce qu’on vient chercher chez eux et qu’on trouve toujours. Et même quand ils ne montrent pas la même pêche, All Comes Crashing ou False Dichotomy gardent le cap, ce qui est un signe d’excellente santé. Ils se permettent donc en toute décontraction quelques petites audaces comme les sons de synthés délibérément vintage de Formentera ou la grandiloquence d’Ennemies of the Ocean.

On aime toujours autant la voix d’Emily Haines. C’est elle qui porte tout, qui apporte une coloration sans jamais s’imposer, en modulant les effets. Il faut dire qu’elle peut s’appuyer sur des mélodies soignées (Formentera). Elle s’est aguerrie au piano-voix, excellente école en la matière.

En dépit de styles différents, on apprécie Stars et Metric pour la même raison, leur propension à nous donner ce qu’on est venus chercher, avec une constance encore supérieure pour les seconds nommés. Fromentera répond à tous nos critères avec des morceaux immédiats, un peu furieux ou plus rêveurs mais toujours solides, avec en prime un Doomscroller d’anthologie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)