Accueil > Musique > 2022 > Pomme – Consolation

Pomme – Consolation

lundi 19 septembre 2022, par Marc


On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) et un troisième album qui devait entériner tout ça.

On l’a déjà dit, ce qu’on publie n’est qu’une petite partie de ce qu’on écoute. Les Failles fait partie de ces albums qui prennent leur temps, attendent leur heure. D’ailleurs, privilégiez la version augmentée Les Failles Cachées. Une fois entré dedans, plus moyen d’en sortir, et ça raccourcit notablement le round d’observation de cette Consolation.

Ce n’est plus l’impeccable Albin de la Simone qui est aux manettes mais Flavien Berger. Mais si la coloration est légèrement différente, moins organique peut-être, elle reste cohérente avec son univers. On notera qu’elle officie toute seule sur trois morceaux et que ce sont ceux qui sortent du plan de base de l’album. When I C U qui prouve à la fois qu’elle peut s’en sortir la tête haute en anglais tout en montrant qu’elle perd un peu en singularité hors de sa langue. Les deux autres incartades sont un inintelligible morceau sur son chien (pas passionnant Puppy) ou un bel hommage à Barbara (B.) avec la voix gorgée d’effets.

Mais ce n’est pas un album qui compte parce qu’on apprécie la démarche mais bien parce qu’il y a des morceaux magnifiques. On le sent dès les cordes du Jardin, dans les mélodies parfaites de Dans Mes Rêves ou La Rivière ou Allô ou Nelly. Il y a toujours autant de place pour la voix et c’est un bon et logique choix.

Du côté des thèmes, elle semble apaisée mais ce n’est pas non plus un album de bonheur béat. La consolation peut venir d’un retour à la nature, à l’enfance (Dans Mes Rêves), de la présence de personnalités féminines fortes (Nelly, B.). Evidemment Tombeau ne peut pas être amusant mais la beauté prime la tristesse, ce qui est un message en soi. Elle avait déjà trouvé la façon d’être émouvante sans pathos et son don est intact.

Non, Consolation n’est pas un album qui saute à la gorge. S’il est immédiatement beau, seule une écoute plus attentive permet d’en tirer tout le suc. Cette intimité ne peut pas être flashy de toute façon mais une fois happés, on n’y échappe plus. Moins viscéral sans doute que son prédécesseur, il confirme néanmoins Pomme comme une des artistes francophones majeures.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)