Accueil > Critiques > 2022

Zaïmoon - Aprèm’ Typique

mercredi 19 octobre 2022, par marc


La drague, les coups entre copains, une oisiveté revendiquée, voilà l’univers auquel nous convie Zaïmoon. Alors on se laisse porter dans sa déambulation bruxelloise. Parce que la capitale belge et flamande est plus qu’un décor, c’est carrément un personnage ici. Le name-dropping de lieu est intense, à un point tel qu’on se pose des questions sur le potentiel d’export à l’extérieur du ring. Mais ce n’est pas non plus une brochure, alors on le suit dans sa semi-oisiveté assumée.

Ce qui déconcerte au final, c’est surtout l’apposition de deux façons, une moderne et une plus ancienne (litote polie). Côté pile donc, on retrouve dans les thèmes une certaine aliénation urbaine, une critique du sexisme ambiant (salutaire Pick-Up Artiste) et dans la forme un flow inspiré, une basse aux aguets sur la plage titulaire et un ton général de spectateur avisé mais empathique. Avec un débordement vers un slam urbain maitrisé.

On se dit donc que cet album aurait sans doute été plein d’accordéon il y a 30 ans. Mais la modernité ne dure qu’un temps, on retrouve cette tendance ici aussi, avec un swing toujours allègre mais un côté musette qui aide plus à se retrouver à l’affiche de La Semo que de nos colonnes (ce qui n’est pas un but en soi on le concède). A titre purement personnel on est donc moins clients, même si la qualité des textes et la communicative sympathie n’en sont pas altérées.

On n’a pas droit à un morceau en néerlandais mais en Russe (qui sonne plutôt Yiddish à nos oreilles profanes). Bref, il est aussi bon de se confronter à des artistes qui sortent de notre étroit pré carré. On signale donc au lectorat averti que vous constituez l’existence et la pertinence de Zaïmoon.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Zaïmoon - Aprèm’ Typique 23 octobre 2022 14:16, par Laurent

    C’est bien urbain de ta part de nous permettre de "rencontrer" ce garçon à la poésie assez touchante, même si musicalement ça me touche moins. Ton euphémisme-pirouette, pour désigner les moments plus rétro de cet album anachronique, souligne en effet ce qui me plaît moins : le côté musette (qui est un peu pour moi l’équivalent européen de la country) et puis les touches de hip hop / raggamuffin très early nineties. Cela dit, les excursions tziganes ou jazzy fonctionnent bien ici. Les extraits récurrents de bruits de passants semblent prédestiner ces morceaux au bitume ; j’imagine alors que c’est en mode "art vivant" qu’il faut expérimenter ces mots-là... Aussi je prendrai plaisir à applaudir Zaïmoon, dont le nom n’est pas tombé dans les oreilles d’un sourd, si je le croise dans les ruelles du centre-ville.

    repondre message

    • Zaïmoon - Aprèm’ Typique 24 octobre 2022 07:46, par Marc

      C’est en effet un objet étrange, intemporel par certains aspects, mais très connoté par d’autres. Et pas typiques de 2022 non plus.

      J’aime beaucoup le concept de musette comme équivalent de la country. C’est particulièrement marqué en France, Trois Cafés Gourmands et autre Zaz étant la réaction de repli face au rap hégémonique...

      repondre message

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)