Accueil > Critiques > 2022

Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

vendredi 18 novembre 2022, par marc


Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.

Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend d’emblée sur le quatrième album du groupe d’Athènes est une forme de pop acoustique et psychédélique qui manifeste déjà un bel entrain qui restera affirmé tout du long (Krifto, Dikia Mou Alithia).

Cette sensation que rien ne peut arriver, que l’énergie sera là en quantités illimitées est patente. Il faut trouver le bon dosage pour cette énergie ne vire pas en violence (ce qui n’est pas un problème en soi) et on se rend compte avec Kapou Allo qu’on n’a finalement rien contre la pop à guitares. Cet album est logiquement plus intéressant quand le tempo se maintient et que la forme reste compacte. Même si le plus long Jazzooka nous gratifie que quelques soli de guitare.

La plage titulaire est comme une médiane entre du post-punk et du surf rock. Dans une autre origine inhabituelle, on pense à Motorama qui aurait retrouvé le sourire (ou le chemin des plages grecques). Ils sont donc loin d’être monolithiques et répétitifs, pouvant sortir la basse en avant (To Oniro Ton Palavon) ou virer vers le garage (Katarameni Anthropi).

On ne devrait pas galvauder l’épithète ‘chouette’ qui colle parfaitement à ce sympathique album qui s’écoute en un souffle. C’est mon album un peu remuant du moment et il a le potentiel de devenir le vôtre aussi.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)