Accueil > Critiques > 2023

Auren – Il s’est passé quelque chose

lundi 30 janvier 2023, par marc


Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.

C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec plaisir ici, montrant un rapprochement de leurs univers assez proches dans le fond. Mais pas dans la forme nécessairement, ceci étant plus moderne que l’indispensable Jeanne.

On a assez peu de références de toute façon. Certes on retrouve on retrouve des traces de Padam et La Nuit Je Mens au détour des allitérations d’Au Bord De La Nuit, morceau en suspension relâchée par des cuivres judicieux. Si le groove léger et le funk blanc de J’Te Laisse Aller peut nous sembler un poil trop léger pour cette chanson de rupture non conflictuelle, on a aimé tout le reste. C’est cet aspect synthétique qui plait, surtout qu’il est là pour accentuer cette impression de pop onctueuse qui offre un intéressant contrepoint à un propos souvent pudiquement sensuel.

Et ce style trouve de belles modulations, entre le faux emballement dub de la plage titulaire et la froideur relative d’Avec Des Si en passant par la langueur de J’Ai Eu Mon Heure pour terminer avec l’apocalyptique forcément mélancolique de Monde Fini. Vous l’aurez compris, on tient notre première découverte de personnalité francophone pour 2023..

https://auren2.bandcamp.com/album/il-sest-pass-quelque-chose-cd

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)