Accueil > Critiques > 2005

Sufjan Stevens : Come On Feel The Illinoise

mardi 22 août 2006, par marc


Voici un album ambitieux. En effet, après son Michigan natal (pas le même que celui des Stooges et White stripes visiblement), c’est pas très loin, dans l’Illinois qu’il puise son inspiration. A ce rythme là, il aura fini le tour des états américains vers 2056. Ca irait plus vite en Belgique mais bon, les sources d’inspiration de la musique folk ne se trouvent pas sur les bords de l’Escaut ou de la Meuse non plus... Ambitieux aussi par son ampleur. Les albums de 22 titres ne sont pas la norme.

Un petit album folk de temps en temps, ça fait vraiment du bien. Mais ce n’est pas dans l’acception d’une musique minimaliste mais dans le type de narration. Les orchestrations sont de fait plutôt acoustiques. C’est donc du folk moderne (plus comme Bright eyes que Sophia), même si me résultat évoque souvent plus Belle and Sebastian (The mans of Metropolis, They are night zombies !! They are neighbours) et les cuivres occasionnels viennent renforcer cette impression. Parfois une guitare vient essayer de relever l’ensemble et soutenir les choeurs mais ça reste discret.

Ce n’est donc pas ampoulé non plus. Une sorte de bon équilibre finalement testé dès le morceau d’entrée (They are night zombies !! They are neighbours).

Certains titres sont véritablement touchés par la grâce comme John Wayne Gacy Jr (un serial killer si mes souvenirs sont bons). Mais d’autres fantômes sont convoqués comme celui de Nick Drake (Casimir Pulasky day et bien d’autres) ou le plus vivant de Neil Young (Seer’s tower). C’est de toute façon assez personnel surtout quand ça ne rappelle rin dans les syncopes de Come on feel the Illinoise. La teneur mélodique est d’un niveau rare (Chicago) et les choeurs enfantins viennent apporter leur dose de légèreté (Chicago, The man of metropolis steals O).

Evidemment, la féerie voulue ne prend pas tout le temps non plus (Prairie fire that wanders about) mais tout reste plutôt digeste grâce aux intermèdes musicaux tantôt psychédéliques (A conjunction of drones, Out of Egypt) tantôt mélancoliques (To the workers of the rockford river).

Au total, un album d’une grâce incomparable dont on sort presque aussi épuisé (En effet 22 titres en enfilade c’est pas une sinécure) que satisfait. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)