Accueil > Critiques > 2023

Maita - Loneliness

mercredi 22 février 2023, par marc


C’est sans doute une étrange idée d’aborder une discographie inconnue par une relecture acoustique d’un album qu’on n’avait pas écouté mais toute occasion est bonne de découvrir du talent. Donc après avoir sorti I Just Want To Be Wild For You, Maita (Maria Maita-Keppeler en vrai) a voulu tout de suite faire émerger des versions acoustiques, plus proches des compositions originales. Les morceaux pourraient être ceux de la jeune Marissa Nadler, exécutés avec une froideur moindre, forcément. Sa belle voix aide dans ces cas-là.

Après une écoute, l’envie de connaitre l’album de base est inévitable. On s’y plonge donc. La ressemblance avec Marissa Nadler est encore plus manifeste et on distingue des accents à la Feist. Et une belle densité sur plusieurs morceaux. C’est certain, cet album tient tout seul. Quand on revient sur ce Loneliness, on a l’impression d’entendre un tout autre album, pas une version différente. Elle a regroupé les deux volets de You Can Sure Kill a sunday Party mais en gardant l’engagement original, on la sent un peu s’énerver dans le vide. On sent aussi que Light of My Life n’a pas été conçu pour cette interprétation.

Pour une fois, on va moins parler des spécificités de cet album que des qualités d’une artiste. Evidemment, on est presque à saturation de chanteuses douées (celles cités plus Phoebe Bridgers, Emily Jane White, Sharon Van Etten, Bat For Lashes, Lana Del Rey) mais le ton de Maita est suffisamment personnel pour ne s’inscrire dans leur sillage que sur le point de la qualité. Mais on peut aussi préférer les versions plus étoffées même si les paroles ou la voix se singularisent moins. Ou alors se concentrer sur cette simplicité. A vous de choisir, ou de prendre les deux après tout.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)