Accueil > Musique > 2005 > The Subways : Young For Eternity

The Subways : Young For Eternity

mercredi 23 août 2006, par Marc


Il y a des groupes qu’on découvre avec bonheur après un paquet d’albums (The Coral, The National). Il y les albums qu’on s’est procurés après un live convaincant (The Killers, Bloc Party). Il y a des groupes qu’on n’ose pas critiquer car en manque de repères et d’envie de combler les trous (Coldplay). Et puis il y a les groupes qu’on a pu entendre à la radio sur foi d’une... démo.

The Subways fait partie de cette dernière catégorie puisque c’est à l’état de démo que At 1 AM fut diffusé sur les ondes belges. Ce morceau est caché en fin d’album, ce qui marque le retour de cette énervante tradition des années ’90. Cette minute cinquante est un concentré d’énergie post-punk finalement classique, pouvant ressembler aux meilleurs Libertines mais en plus compact et urgent. On découvrait ainsi le formule du trio avec une vraie fille dedans, gage de bon goût en matière de rock. En plus, ça ajoute de la fraîcheur dans les c(h)oeurs.

Dans notre époque de recyclage effréné, tout ce que demande le peuple c’est des bonnes chansons. Aucun style abordé sur cet album n’est révolutionnaire ni dans le fond ni dans la forme mais ces trois-là savent tout faire : Deux minutes de fureur punk (la plage titulaire, le très bon With you, Oh Yeah), du post-glam dépoussiéré (Rock & Roll queen, genre de Dandy Wharols en moins pop), du folk-rock furieux (Mary) ou apaisé (Lines of light qui termine comme du Sophia) , voire du presque progressif avec le fort Smashing Pumpkins Somewhere. Même la ballade relevée d’un piano fort discret fait mouche (She sun). Seul le morceau plus pop est moins dans le ton (No goodbyes)

Le tout est d’ailleurs impeccablement produit, à tel point qu’on attend la scène pour que cet album se fasse malmener.
Le plus convaincant, c’est l’évident talent mélodique, et c’est ce qui va leur permettre de surnager dans l’actuelle pléthore de groupes de pseudo-revival rock. Certaines compositions (Mary par exemple) n’auraient pas fait tache sur es premiers Oasis. Mais seulement au niveau de l’écriture.

Vous avez tous connu ces matins pas glorieux ou on se dit que le plaisir du soir va se transformer en déconfiture du lendemain. Je vais vous donner un truc. Le café et la vodka-orange-tabasco vous connaissez déjà. Ajoutez maintenant le premier album des Subways. Même le titre est réjouissant. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)