Accueil > Critiques > 2023

Fabrizio Modonese Palumbo - ELP

lundi 27 mars 2023, par marc


Peu d’artistes se sont révélés aussi vite omniprésents que l’impeccable Fabrizio Modonese Palumbo. On a plongé dans sa collaboration avec Enrico Degani, découvert qu’on l’avait croisé chez Almagest ! puis réécoutés avec Larsen, en [collaboration avec Xiu Xiu, en tant que ( r ) ou maintenant sous son nom propre. Le tout en moins de deux ans.

L’album dont il est question aujourd’hui est une collection de morceaux utilisés par la chorégraphe de Paola Bianchi pour un projet appelé ELP (Ethos, Logos, Pathos). Evidemment, il y a musique de danse et musique de danse. Si certains morceaux de Titan Arum peuvent faire bouger n’importe qui, on parle de création de danse contemporaine ici. Mais danser ceci semble tout de même une gageure relevée avec brio dans la vidéo ci-dessous.

On se situe clairement du drone mais comme souvent avec lui, il y a un propos, une vraie tension, ces installations sonores vivent (Energheia). Ce son dense est d’obédience industrielle (Jochen Arbeit d’Einsturzende Neubauten est déjà venu lui prêter main forte) parfois mais ne présente pas le côté anxiogène de certaines de ses productions. Est-ce qu’on s’est habitués, qu’on a moins peur ? La science du son de Fabrizio est en tous cas toujours aussi spectaculaire et intacte. Dansez maintenant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)