Accueil > Critiques > 2023

boygenius – The Record

lundi 17 avril 2023, par marc


Sororité est sans doute le premier mot qui vient en tête à l’évocation de boygenius. Depuis ce live de KEXP où elles sont accueillies par Sheryl Waters, on a fondu pour cet incroyable trio. A priori, leur seul EP de 2018 n’appelait pas de suite mais comme c’est visiblement l’envie seule qui les guide ici, elles ont voulu prolonger l’expérience. Il faut dire que la démarche n’était pas celle d’un super-groupe à la base, pas une conjonction opportuniste de talents. Et puis surtout, leur notoriété est maintenant plus établie qu’à l’époque et va sans doute encore croitre avec la réussite et le succès de ce génériquement nommé The Record. Et elles se sont faites de nouvelles amies puisque c’est Kristen Stewart qui a réalisé le court-métrage (trois clips en fait) qui présente l’album.

Evidemment, si elles ont l’air de s’entendre à la perfection, leur statut individuel n’est pas le même. Phoebe Bridgers est déjà une icône. Ou alors c’est parce que c’est celle qu’on connait le mieux depuis ce premier album de Better Oblivion Community Center et ses collaborations avec The National. Et surtout ce magnifique Punisher. On a aussi bien aimé Little Oblivions de Julien Baker et on doit avouer qu’on est moins familier de la carrière solo de Lucy Dacus. Mais ce qui est frappant ici, c’est que même si elles écrivent alternativement, il y a une vraie direction.

Comme sur les groupes à plusieurs têtes (on pense à Wolf Parade) où un peu d’entrainement est nécessaire pour distinguer qui est à la manœuvre, il faut parfois tendre l’oreille pour savoir qui chante parce que ces artistes sont parfaitement assorties. Et ça commence de façon pastorale parce que c’est le plaisir de chanter ensemble est le moteur. Même quand ça hurle c’est avec classe. Les morceaux de Julien Baker sont en tous cas bien relevés (Satanist).

Si tout n’est pas sublime, on ne descend jamais en-dessous d’un certain niveau et un morceau comme Not Strong Enough arrive à se relancer et prouve qu’il y a une vraie plus-value à toutes les entendre chanter. On songe aussi dans ces moments-là au meilleur Bright Eyes comme sur l’excellente montée de $20. Cool About it a la simplicité classique d’un Simon & Garfunkel mais des préoccupations moins vintage. Bridgers fait toujours appel à Eliott Smith comme figure tutélaire (Revolution 0), référence qu’elles ont toutes citée à un moment ou l’autre. Leonard Cohen est cité aussi mais dans une veine plus ironique (And I am not an old man having an existential crisis/At a Buddhist monastery writing horny poetry).

Comme c’est surtout dans la finesse d’écriture qu’elles se distinguent, cet album est tout sauf racoleur. Il faut prendre son temps pour l’appréhender complètement. Mais il plait tout de suite, notamment grâce au capital sympathie immense des trois protagonistes. Et puis la certitude qu’on est face à un Girl Power 3.0, avec une force d’évocation que rien ne semble pouvoir ébranler.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • boygenius – The Album 17 avril 2023 14:40, par Laurent

    Tellement bon et en même temps, tellement moins que ce qu’on avait espéré (à cause des disques solo de ces dames). Il reste tout de même quelques titres mémorables et cette sororité touchante. En concert, ce sera sans doute formidable, mais elles ne viennent que dans les festivals...

    repondre message

    • boygenius – The Album 19 avril 2023 07:48, par Marc

      Oui, c’est un groupe qui a un vrai grand succès maintenant, on ne les verra plus dans des petites salles. Cette habitude de ne faire que des festivals n’est pas vraiment réjouissante.

      repondre message

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)