Accueil > Critiques > 2023

Rufus Wainwright – Folkocracy

mercredi 28 juin 2023, par marc


S’il n’est pas immédiatement associé à une scène folk historique, le pédigrée de Rufus Wainwright ne laisse pas de doute. Il est le fils de Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle (chanteurs folk proches de la scène de Laurel Canyon) après tout et tant qu’à rester en famille ses sœurs Lucy et Martha sont là, sa tante Anna McGarrigle aussi. Mais ce n’est pas vraiment un album familial pour autant, il y a sur ce Folkocracy une liste d’invités assez incroyable. On va la donner d’emblée comme ça c’est fait. Vous aurez donc droit à Anohni, Andrew Bird, David Byrne, Brandi Carlile, Sheryl Crow, Madison Cunningham, Susanna Hoffs, Chaka Khan, John Legend, Van Dyke Parks, Nicole Scherzinger, Chris Stills et Chaim Tannenbaum.

Le turbulent Rufus semble mener deux carrières en parallèle, une faite de chansons sur des albums classiques et toujours de très haute tenue et puis des chemins de traverse plus étranges, qui vont d’un opéra (Prima Donna) à des reprises de concerts de Judy Garland en passant par la mise en musique de sonnets de Shakespeare. Ceci est moins ambitieux sur le papier mais confirme son éclectisme.

Sachant que la base du répertoire proposé ici est le copieux songbook américain, il n’y a qu’à se baisser pour ramasser. Mais s’il y a des morceaux traditionnels et non signés, d’autres sont des reprises de morceaux (vaguement) plus récents comme Twelve Thirty de Mamas And The Papas, autres membres de la scène de Laurel Canyon. Mais il ne se cantonne pas à ça, déployant son goût (et un talent affirmé) pour des morceaux plus proches de la comédie musicale comme ce Black Gold de Van Dyke Parks (qui assure le piano) ou bien carrément du Schubert. Logiquement, la version du classique Cotton-Eyed Joe avec Chaka Khan est assez éloignée de Rednex. Et c’est très bien comme ça.

Evidemment, on a tout de suite identifié les morceaux les plus en phase avec les goûts de la rédaction (depuis un temps, c’est juste moi, je le rappelle...) comme ce Harvest de Neil Young avec Andrew Bird. C’est le genre de morceau qui résiste à tous les traitements de toute façon et celle-ci se pose comme une des meilleurs. Autre attraction sur le papier, le duo avec Anohni sur son propre Going To A Town qui tient lui aussi ses promesses. On se souviendra d’ailleurs que Rufus était allé relever ce qui reste un des meilleurs albums de tous les temps (I Am A Bird Now).

Il se lance même en hawaïen avec Nicole Sherzinger (oui, celle ses Pussycat Dolls) qui est originaire d’Hawaï. Non, il n’a peur de rien. Mais ce qui est important, c’est que cet album est très très beau, produit avec goût par Mitchell Froom. Au-delà du caprice de l’artiste qui peut inviter qui il veut, il sert surtout d’écrin à sa voix exceptionnelle et se présente comme un album désormais classique.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)