Accueil > Critiques > 2023

La Jungle – Blurry Landscapes

vendredi 23 juin 2023, par marc


S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?

Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix artistes d’art brut ou art outsider un morceau à illustrer. Pour la complétion, citons-les, il s’agit de André Robillard, Inès Reddah et Hideki Oki (Créamh de Bruxelles), Lien Anckaert (De Zandberg à Harelbeke), Samuel Trenquier, Laurence Halleux (Zone-art à Verviers), Juliette Zanon, Kostia Botkine, Pascal Leyder et Dominique Theâte (Grand Atelier à Vielsalm), Serge Delaunay). On ne va évidemment pas gloser sur des œuvres non montrées ici, on va tout de même dire que le support physique prend toute son importance.

Par contre on va se concentrer sur leur musique, laquelle navigue toujours dans leurs eaux techno/Kraut (de leur propre aveu) en constatant avec plaisir que c’est toujours aussi percutant. The Marvelous Forest of Our Dreams est le genre de compagnon de vos réveils, avec des bribes de voix comme souvent chez eux. Ils poussent pourtant jusqu’au ‘vrai’ chant sur Panther’s Rib Cage et c’est assez en phase avec le morceau. Pour finir, les voix se voient aussi shootées à l’hélium sur Le Chemin Rapide.

On aime en tous cas les percussions bondissantes de La Compagnie De La Chanson et oui, ça reste une musique d’exultation (The Growl and The Relief), qui n’est jamais aussi pertinente que quand ça frappe. Mais ce n’est pas toujours hystérique bien heureusement, leur musique vise la transe et l’atteint. Le mal nommé Le Chemin Rapide est ainsi plus posé mais la tension est bien là, on ne se refait pas. Et puis paf, ils enfoncent immanquablement l’accélérateur sur Le Tigre En Bottes Vertes (oui, les titres sont inspirés), parce qu’on ne se refait pas et qu’on est là pour un tour de carrousel.

Si vous pensez toujours qu’Antidotes est le meilleur Foals, si Battles vous manque, si la puissance et le fun sont deux vertus cardinales pour vous, si les œuvres multidisciplinaires vous plaisent, il y a matière à faire ici. En élargissant leurs horizons en maintenant le cap musicalement, La Jungle confirme son statut d’artiste complet.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • La Jungle – Blurry Landscapes 23 juin 2023 12:03, par Laurent

    Eh bien, merci d’avoir élucidé au moins une question, celle de la super-productivité de ce duo foufou. Même si je crois avoir préféré le précédent, le côté WTF est toujours aussi réjouissant.

    repondre message

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)