Accueil > Critiques > 2023

Stéphane Milochévitch - La Bonne Aventure

vendredi 13 octobre 2023, par marc


Si le nom de Stéphane Milochévitch ne vous évoque rien immédiatement, on a déjà dit tout le bien qu’on pensait de lui en tant que Thousand. Si le nom sur la pochette change, le contenu est proche, ce qui est une bonne chose comme on le verra. Si on écoute un peu Milochévitch, on pense énormément à Bashung. Si on écoute beaucoup plus, cette référence s’estompe assez vite et après trois albums, elle n’est plus vraiment là, même si l’aplomb pour déblatérer des paroles qui déconcertent est hérité du regretté Alain.

Parce qu’il y en a des allusions diverses et variées, de Claudia Schiffer à Bill Callahan et citer dans la même phrase Patrick Bruel et David Berman (on se rappelle qu’il a commencé sa carrière en anglais même si on réalise que c’était une bonne idée de changer) n’est pas courant. De toute façon, il ne cherchera pas à plaire à tout prix. Commencer par un morceau purement acoustique est osé.

Un peu téméraire si vous insistez pour notre avis. Mais on ne tardera pas à retrouver la mélancolie enjouée rqui va tellement bien au teint de son ton faussement détaché. Et ça déroule encore avec Flirt à la Frontière, encore meilleur. Mais on sait qu’on est là pour écouter un album en entier. On se dit que comme sur un Boxer, on signerait pour un alignement de morceaux du même tonneau comme Mustang du 26.

Si la fascination reste, le tempo fait passer le tout d’un coup d’un seul. Et quand il ralentit, il peut compter sur de très belles cordes pour rehausser Tuer l’image de Caine et Faire Carrière dans le Cinéma. La panoplie de Stéphane Milochévich se déploie donc encore une fois avec maestria et si la surprise n’est plus là, le plaisir des retrouvailles le remplace avantageusement.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Stéphane Milochévitch - La Bonne Aventure 19 octobre 2023 07:39, par Laurent

    Je vois que la référence à Bashung est décidément inéluctable. Il y a des évidences comme ça...

    J’ai beaucoup apprécié cet album même si ses deux prédécesseurs l’ont rendu moins surprenant. Cela dit, quelle œuvre solide et cohérente que celle que construit ce garçon.

    repondre message

    • Stéphane Milochévitch - La Bonne Aventure 20 octobre 2023 08:19, par marc

      Evidemment on est moins surpris mais après trois albums, c’est carrément un sans-faute. Talitres envoie les albums très tôt avant leur sortie, j’ai donc énormément écouté cet album, c’est étrange d’en parler si ’tard’.

      repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)