Accueil > Critiques > 2023

Acquin - C’est Beau

vendredi 8 septembre 2023, par marc


Il y a quelques jours on vous parlait déjà de la nouvelle promotion d’artistes français pop qui nous ont plu récemment (Max Darmon, Prattseul...) et on peut sans hésitation ajouter Acquin à la liste. Un jour un journaliste de Libé a parlé de ’Gainsbourg du Marais’ et c’est un ’quote’ réutilisé pour présenter l’artiste. Il conviendra bien évidemment de se débarrasser de cet encombrante étiquette au plus vite mais quand une chanson française littéraire et plutôt inventive utilise une forme de chanté/parlé (ici probablement une forme de discernement lucide face à son organe), c’est un passage obligé. Demandez à Benjamin Biolay...

Cette référence n’est pas sortie au hasard, il peut servir de point de repère ici, sur un morceau comme Epouse-toi et cet artiste convaincant se place dans la lignée des auteurs cités auxquels on ajoutera Benjamin Schoos (très proche dans le timbre sur la plage titulaire).

Un autre argument mis en avant, c’est la présence de Frédéric Lo qui a comme titre de gloire le plus récent (il y en a bien d’autres) d’avoir collaboré fructueusement avec Pete Doherty. Ses cordes notamment sont vraiment des composantes des morceaux, pas un embellissement a posteriori. Et puis il y a des gimmicks catchy (Porte Rouge) et de belles mélodies en mode mineur qui on ne sait trop pourquoi nous évoquenent une longue tradition française (Du Tout).

Au niveau du ton et des textes, on ne sait pas trop vraiment ce qui l’agite et c’est bien comme ça. Jouant de l’ambivalence sur A l’Ancienne par exemple.

J’aime quand tu es femelle/Quand tu as l’âme d’un mâle à l’ancienne

Ou alors il peut assurer le grand écart entre des désirs travestis (Dessous) ou une évocation d’amour épistolaire pré-romantique (Madame). Bref, dans le fond ou dans la forme, il y a beaucoup de raisons de se frotter au talent singulier d’Acquin.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)