Accueil > Critiques > 2023

Róisín Murphy - Hit Parade

vendredi 15 septembre 2023, par marc


On a déjà exprimé nos sentiments contradictoires pour cette artiste qui ne l’est pas moins. Elle est aussi comme ça, entre figure qu’on pourrait rencontrer dans un pub et art contemporain. Et sa musique le reflète aussi, avec des tendances disco directes mais toujours tordues.

Son premier album pour le label Ninja Tune s’annonce avec une pochette assez hénaurme qui donne une idée de la confiance qui l’anime. Parce qu’on se rend vite compte que c’est son album le plus consistant depuis longtemps, depuis le premier avec Matthew Herbert sans doute. C’est DJ Koze qui est au pupitre ici, et on peut dire que cette nouvelle collaboration (elle a posé sa voix sur quelques morceaux du dernier opus du producteur allemand) fait des étincelles.

Première tendance détectée, une envie presque vintage qu’on retrouve au détour de Coolcool qui contient des samples de Together de Mike James Kingland’s (morceau de 1971 tout de même). C’est cette tendance qui sous-tend le délicieux Fader. Le résultat est impeccable de langueur et le clip qu’elle a réalisé elle-même est ici une des multiples colorations.

Parce que des morceaux comme You Knew explorent ses penchants déjà observés pour la house plus abstraite. Pareil pour Can’t Replicate qui contient une montée en bonne et due forme et est la forme la plus aboutie de transe sudoripare de l’album. On détecte évidemment la patte de DJ Koze dans ces morceaux plutôt longs qui sont la colonne vertébrale de cet album.

La pression retombe logiquement en d’autres endroits, peinant parfois à passionner (Two Ways) malgré la densité. On pourra préférer Eureka et son gimmick hérité de la longue tradition minimal. The House a aussi cette ossature deep mais est clairement un morceau de fin, d’étirements après la séance.

Si le style de Róisín Murphy se reconnait facilement, ses albums se ressemblent finalement peu et celui-ci est une sorte de grand écart entre une soul blanche vintage et des écarts électroniques plus aventureux et est sans doute le plus abouti de sa discographie solo. Le résultat est donc varié et équilibré et la confirme au sommet de l’écosystème electro.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Cry – The Cry

    On le répète souvent parce qu’on est chaque fois surpris de l’omniprésence de la musicienne française Christine Ott. Et sa productivité est aussi surprenante. Ainsi, six mois après le second album de Snowdrops et l’ayant croisé récemment en solo ou avec Theodore Wild Ride, la voici dans un nouveau projet. Ce n’est jamais pareil, seule l’exigence et la qualité sont constantes. Aussi ce mélange de tortueux (...)

  • Fabrizio Modonese Palumbo - ELP

    Peu d’artistes se sont révélés aussi vite omniprésents que l’impeccable Fabrizio Modonese Palumbo. On a plongé dans sa collaboration avec Enrico Degani, découvert qu’on l’avait croisé chez Almagest ! puis réécoutés avec Larsen, en [collaboration avec Xiu Xiu, en tant que ( r ) ou maintenant sous son nom propre. Le tout en moins de deux ans.
    L’album dont il est question aujourd’hui est une collection de (...)

  • Muet – Electrochoc (EP)

    On avait déjà confessé un goût prononcé pour ceux qui abordent la chanson française avec des envies résolument indé. Dans ce contingent, Volin nous avait beaucoup plu et on retrouve son leader Colin Vincent avec plaisir sur ce nouveau projet. Si on retrouve la même propension à garder des textes en français sur des musiques plus aventureuses, le style a un peu changé.
    Accompagné de Maxime Rouayroux, (...)

  • you.Guru - UNtouchable

    Si on ne reçoit qu’avec parcimonie des nouvelles musicales de Pologne, force est de constater que celles qui nous parviennent sont toujours au minimum dignes d’intérêt (The Bullseyes, Izzy and the Black Trees) et on ajoute You.Guru a la liste.
    Ce que propose le trio n’est vraiment du post-rock, mais un rock instrumental enlevé, pulsé. Un genre de math-rock qui serait allé se promener ou du Holy Fuck (...)