Accueil > Critiques > 2023

Fabien Martin - Je ne fais que marcher dans la montagne

vendredi 17 novembre 2023, par marc


Non, sincèrement, il en reste encore beaucoup des chanteurs français à découvrir ? Entre Max Darmon, Acquin ou Prattseul, cette année a été riche en rencontres. On ne va pas s’en plaindre, c’est certain, parce que la connivence s’est établie assez vite.

Evidemment, on a pensé tout de suite à Florent Marchet pour cette propension à mêler morceaux avec récitatifs et ’vraies’ chansons. Disons-le aussi, on n’est pas aussi retournés à l’écoute de Je Ne Fais Que Marcher Dans Les Montagnes. Ce qui peut aussi être vu comme une bonne chose. Mais ces passages déclamés restent poignants parce que l’illusion de vérité est assez bluffante au détour des Mémos Vocaux, Garçon au Cerveau Abîmé ou Sous L’Eboulis. On dit ’illusion’ parce que ceci est une création artistique et si on devine un fonds autobiographique, c’est la sensation de naturel qui s’impose.

Pour ce qui est des morceaux plus ’classiques’, on trouve vite ses préférés avec Je Ne Fais Pas Que Marcher Dans Les Montagnes (avec Jil Caplan) ou la grosse mélancolie qui déboule en même temps qu’Ours sur Dans Ma Boîte Noire. Tant qu’on en est à évoquer les collaborations, notons la présence de Jeff Hallam sur I Want a Lover. On retrouve donc avec plaisir l’ancien bassiste de Dominique Aqui enchantait nos oreilles et nous gratifiait d’une gestuelle assez particulière.

Au final, c’est l’empathie (ou son absence) qui vont décider de votre attachement à cet album. Pour notre part les récitatifs nous ont aidé à rentrer dans cet univers si humain, on espère que ce sera le cas pour vous aussi.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)