Accueil > Critiques > 2023

Feldup – Stared From a Distance

lundi 13 novembre 2023, par marc


Rien n’est important/J’écris des chansons/Comme on purgerait/Des vipères

Jean-Louis Murat survit grâce à ses chefs-d’œuvre et cette citation est venue assez naturellement à l’écoute du second album de Feldup. Celui qui s’appelle Félix Dupuis sur sa carte d’étudiant et nous avait séduits avec A Thousand Doors, Just One Key en 2020 (déjà chez les indispensables Talitres) nous revient dans une disposition bien différente. Côté pile, c’est un youtubeur de premier plan à ce qu’on devine de notre point de vue largement quadragénaire. Côté face, il a quelques vipères à purger sous la forme d’agressions relatées ici.

Pas de voyeurisme cependant, même si le ton très direct pourra impressionner ceux qui se pencheront sur les textes. Tout comme le deuil était au centre d’un album comme A Crow Looked at Me de Mount Eerie, le contexte infuse tout ce disque. Et ça a des conséquences bien évidemment. Outre une affinité qu’il faudra trouver, la forme s’en trouve transformée. Le texte passe en premier et la métrique doit s’adapter, faire des contorsions parfois. La voix aussi s’emporte, s’échappe aussi, parce que la sincérité est la vertu cardinale aussi.

De plus, les longs morceaux qui dégagent un côté épique indéniable suivent les circonvolutions de ce qu’ils décrivent comme une relation vraiment toxique sur Stared From a Distance. C’est donc abrupt, bien plus exigeant que ce qu’on lui connaissait.

Mais pour le reste les qualités débusquées auparavant sont toujours là. La source est toujours la même veine un peu alternative des années 90-2000, ce qui implique en l’espèce qu’une solide dose d’héroïsme est convoquée. Quand les morceaux se font plus compacts, on songe toujours aux Strokes sur ces morceaux comme Shove It ou Crying as a Weapon. Il y a plus infâmant comme comparaison convenons-en.

Surmonter un trauma par la création artistique, voilà le cheminement qui est au centre de cet album. Tout d’abord, espérons qu’il ira durablement mieux et que ceci a pu l’aider, parce qu’on découvre une nouvelle facette de ses personnalités humaine et artistique. On ne sait pas encore si c’est une étape (forcément indispensable) ou si cette expérience va infuser toute son œuvre (comme celle de Christine Angot par exemple) mais on écoute un document poignant où la rage est une conséquence plus qu’un but. Et on sait qu’on n’a pas fini d’être surpris par Feldup.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Feldup – Stared From a Distance 17 novembre 2023 13:38, par Laurent

    Bizarre, il y a des morceaux qui semblent être sortis au bon moment (ils sonnaient frais et j’avais le bon âge) et que je peux réécouter avec quasiment le même plaisir aujourd’hui. Tandis que des tracks récents ne parviennent pas à me faire le même effet précisément parce qu’ils sont anachroniques. Qu’est-ce qui est intemporel et qu’est-ce qui est conjoncturel ? Je ne me l’explique pas.

    Je ne m’étendrai pas sur la démarche cathartique du présent disque, qui confère évidemment un côté touchant au projet et favorise l’adhésion, mais comme pour l’album précédent je vais garder le meilleur et oublierai sans doute le reste, parce que ces sonorités très "DIY" ne me semblent pas toujours pertinentes. Et c’est surtout cette veine "alternatif 90-2000" qui m’a distrait : le parrainage des Strokes se fait remarquer dès la plage 3 et devient de plus en plus décomplexé (Crying as a Weapon, c’est abusé).

    Cela étant, des choses vont rester. C’est évidemment toi qui m’as "présenté" Feldup il y a quelques années, et je reviens régulièrement vers le morceau Stockholm qui porte d’ailleurs encore le tag "Compile Esprits Critiques #66" (c’est déjà loin ^^). Ce que je garde donc de l’artiste, c’est ce talent pour les longs morceaux à tiroirs qui s’exprime encore très bien ici (Stared at from a Distance, c’est top), et le souvenir d’un garçon que je soupçonne de préférer "Pablo Honey" aux autres albums de Radiohead.

    repondre message

    • Feldup – Stared From a Distance 18 novembre 2023 15:18, par marc

      Comme le contexte personnel de son disque est mis en avant (par le dossier de presse, par les paroles), je pense que le cri de rage a parfois pris le dessus sur le côté immédiat des morceaux.

      Ca m’étonne toujours que des jeunes soient imprégnés d’une époque qu’ils n’ont forcément pas connue en direct.

      Oui, les morceaux longs et à tiroirs sont souvent les plus réussis parce que comme ils ont une structure différente, ils sont forcément plus personnels.

      J’ai le sentiment qu’il est loin d’avoir tout livré même si c’est vrai qu’il ne fera pas ’son KidA’. Mais qui sait ?

      repondre message

      • Feldup – Stared From a Distance 28 novembre 2023 16:20, par Laurent

        Oui, je me rends compte que je n’avais pas lu ton analyse assez attentivement et qu’après d’autres écoutes, cet aspect (colère —> spontanéité —> forme mise au service du fond —> tire ton plan) m’apparaît beaucoup plus clairement désormais.

        repondre message

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)