Accueil > Critiques > 2024

Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

vendredi 2 février 2024, par marc


On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.

Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de crooner comme une des attractions de ce projet. C’est évidemment d’elle que dépend beaucoup du charme qui opèrera ou pas (c’est définitivement ’oui’ pour nous). C’est aussi sa petite fêlure qui pourra plaire. Ce n’est pas Michael Bublé quoi et c’est fort bien comme ça.

Sans surprise, ils reprennent les choses où ils les avaient laissées sur l’EP. Les références très anciennes sont à aller chercher du côté de Lee Hazelwood ou Scott Walker. Mais plus proche des choses qu’on écoute en vrai, on pense plus au Pulp de This Is Hardcore (très proche de Walker comme on le sait) ou The Divine Comedy (flagrant sur The Nimbostratus Jig).

Les morceaux sont suffisamment enlevés pour que les tentations kitsch passent au second plan. Il y a des densifications sur Backgammon qui les éloignent du big band. On préfère quand c’est plus proche du rock (mieux) comme sur Beggin’s Not My Business. Bon, les premières écoutes se sont faites aux alentours de Noël, ce qui explique que le thème était plus approprié. Mais même hors du contexte, c’est un morceau brillant, tout comme Plat Du Jour qui frappe comme il faut, avec les détentes qu’il faut. Notons aussi le renfort discret de l’impeccable Nadine Khouri sur Postprandial Promenade. Produit de niche, très spécifique et sans doute un peu temporaire à la base, ce projet prend de l’épaisseur et livre un album qui n’est plus un plaisir coupable mais un plaisir tout court.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)