Accueil > Critiques > 2024

Stella Burns - Long Walks in the Dark

lundi 5 février 2024, par marc


L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.

Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick Harvey et Ken Stringfellow (The Posies). Le cousinage avec le premier est assez manifeste et on le reconnait tout de suite sur My Heart is a Jungle. D’une manière générale, si le style de l’Australien vous plait, ceci a toutes les chances d’être conforme à certaines de vos aspirations.

Il y a des variations, aussi, comme du spoken word. D’emblée, les cuivres nous rappellent la seule référence qu’on ait en la matière, Calexico. Pourtant, ce n’est pas l’Espagnol qu’on entendra ici mais de l’Italien. Avec parcimonie mais de façon logique puisque c’est la langue natale de son auteur. Et comme toujours dans les genres bien définis, ce sont les morceaux qui font la différence Long Walks In The Dark est de ces morceaux simples et évidents. Notons aussi la belle balade Love and Thunder et ses belles et discrètes cordes comme un des nombreux moments réussis de cet album.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)