Accueil > Critiques > 2005

Gorillaz : Demon Dayz

mercredi 23 août 2006, par Fred


Après avoir insuffler un bouffée d’air pur au hip hop en 2001 avec leur première album éponyme, le groupe bande dessinée Gorillaz est de retour. Vont-ils réussier encore un fois à renouveller le hip hop qui décidement cette année est fécond en surprises appréciables ?
Voilà, la question qui trotte dans la tête à l’écoute de cette album. Question que vient malheureusement vite effacer une lassitude. en effet, on est bien loin des morceaux accrocheur et facile d’abord dont nous avions finalement pris l’habitude.

Donc, après un intro plutôt mystérieuse, on rentre dans le vif du sujet avec Last living souls au rythme moins guilleret et plus posé que ce qu’on aurait espéré. Le tout est très propre et largement écoutable, mais semble manquer déserpérement de pêche.
Je dois avouer que je ne m’attendais pas à recevoir une album musique d’ascenseur de la part de Gorillaz...
Car ça continue... Kidz with guns me laisse de glace. Enfin, O green world relève un peu la moyenne et se laisse apprécier après quelques écoutes, les ambiances, la voix triste d’Albarn et les grosses basses pesant fortement en sa faveur.

Mais quand les choeurs d’enfant entre dans la danse dans Dirty harry, on maudit Scala d’avoir été jusqu’à contaminer cet album.
La seule véritable planche de salut de cet album viendra du single, qui pourra être décrit en un mot : Terrrible.
On retrouve enfin la ligne de basse groovy que l’on attendait depuis le début de l’abum, la voix triste de Damon albarn et le flow qui tue sur la partie rappée. On ne s’étonnera pas de la participation de De la Soul sur cette véritable perle. On a probablement dans les oreilles, la ligne de basse de l’année, celle qui ornera tous les DJ sets de Miss kittin et 2 many DJ’s par exemple, qui sera utilisé dans maints remixes et qui servira pour une tonnes de morceaux rap dans les 10 années à venir, rien que ça !
Après ce coup d’éclat, l’album reprend son rythme de croisière, avec de belles chansons introspectives (el manana), des titres beaucoup plus hip hop (november has come m-fm), des incusions quasi drum and bass (All alone), un titre noisy (White line) et deux plages finales lyriques soutenues par des choeurs.

Comme on le voit, l’éclectisme est le mot d’ordre et ce semblerait-il au détriment de toute consistance.

Gorillaz n’aura donc pas réussi à convaincre dans le down tempo mais confirme de justesse son statut de machine à groove... quand ça leur plait.
Un album qui ne manquera cepedant pas d’avoir du succes, le single, la présentation graphique et visuelle du groupe et la différence affichée étant des arguments de vente indéniables. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love

    The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Glauque – Les Gens Passent Le Temps Reste

    Pendant plusieurs années, on a pris l’habitude de croiser des morceaux de Glauque, à un tel point qu’on était persuadés que ce premier album n’en était pas un. Mais entre recevoir un morceau percutant de temps en temps et enchainer autant d’upercuts d’un coup, il y a tout de même une fameuse marge.
    Evidemment, le champ lexical de la boxe n’est pas facile à éviter ici. ‘Album coup-de-poing’ est un (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est (...)